krebsliga_aargaukrebsliga_baselkrebsliga_bernkrebsliga_bern_dekrebsliga_bern_frkrebsliga_freiburgkrebsliga_freiburg_dekrebsliga_freiburg_frkrebsliga_genfkrebsliga_glaruskrebsliga_graubuendenkrebsliga_jurakrebsliga_liechtensteinkrebsliga_neuenburgkrebsliga_ostschweizkrebsliga_schaffhausenkrebsliga_schweiz_dekrebsliga_schweiz_fr_einzeiligkrebsliga_schweiz_frkrebsliga_schweiz_itkrebsliga_solothurnkrebsliga_stgallen_appenzellkrebsliga_tessinkrebsliga_thurgaukrebsliga_waadtkrebsliga_wallis_dekrebsliga_wallis_frkrebsliga_zentralschweizkrebsliga_zuerichkrebsliga_zug
Ligue contre le cancerRecipes rewrittenLes personnes touchéesRecipes rewritten

Les personnes touchées: quand le sens du goût s’altère et que le plaisir de manger disparaît...

En Suisse, 370 000 personnes sont touchées par un cancer et ses conséquences. Dans deux cas sur trois, le cancer ou un traitement associé provoque une altération du sens gustatif. Ce qui était jusque-là un plaisir n’a plus aucune saveur. En même temps que le plaisir de manger, les malades perdent des moments précieux avec la famille et les amis, et donc en soutien social et en qualité de vie.

Avec l’altération du goût, manger devient un défi supplémentaire dans le quotidien des personnes atteintes de cancer, mais aussi de leurs proches. Pour nombre de malades, parler de l’altération de leur sens du goût ou la faire comprendre n’est pas simple. Pour «RECIPES rewritten», chefs comme malades ont donc dû faire preuve de courage et de compréhension mais aussi se montrer ouverts à l’expérimentation pour revoir leurs habitudes, essayer des nouveautés et redécouvrir ensemble la joie et le plaisir de manger.

«Lorsque je mange les yeux fermés, je ne reconnais plus les différents goûts – seul celui des fruits est perceptible.»

Nathalie Kuhn-Spoto

Nathalie Kuhn-Spoto, canton de Fribourg Nathalie Kuhn-Spoto, canton de Fribourg

Nathalie Kuhn a 46 ans et vit depuis presque un an diagnostiquée d’un lymphome hodgkinien, un type de cancer rare qui représente moins d'un pour cent des cancers en Suisse. Nathalie vit avec sa famille dans le canton de Fribourg. Malgré les traitements, elle a repris son travail en tant qu’assistante de direction, actuellement pendant une demi-journée par semaine.
 
L’an dernier, elle a perdu son odorat après avoir contracté le coronavirus. Bien qu’il soit ensuite revenu, il a depuis été complètement faussé à cause de la chimiothérapie liée au cancer. Elle remarque par exemple souvent une odeur étrange qu'elle ne connaissait pas auparavant et qui affecte sa vie quotidienne. Alors qu'elle se réjouissait auparavant d'avoir des draps de lit frais, ces derniers portent désormais cette odeur désagréable.
 
Le sens du goût est également revenu, mais lui aussi a changé. La seule chose qui a le même goût qu'avant, ce sont les fruits frais. Elle dit qu'elle n'a jamais mangé autant de bananes et de pommes que pendant la chimiothérapie, car cela lui permet de retrouver le goût familier des fruits. Elle espère que grâce aux projet «RECIPES rewritten», elle pourra à nouveau apprécier une plus grande variété d’aliments.

«La nourriture a toujours été synonyme de plaisir pour moi. Cependant, les médicaments ont atténué cette joie de manger.»

Kathrin Zulauf

Kathrin Zulauf, canton de Soleure

Kathrin Zulauf a 51 ans et vit avec son mari et son chien Lenny dans le canton de Soleure. Le couple travaille ensemble dans une entreprise technique et a un fils adulte. Kathrin souffre d'un cancer du poumon métastatique depuis quatre ans et demi.

Les médicaments qu'elle prend à cause de son cancer ont un effet important sur son sens du goût. Par exemple, elle sent les aliments acides de façon très amère et certains mets lui laissent un goût métallique extrêmement désagréable en bouche. D’ailleurs, elle ne perçoit presque plus le sel et la plupart des aliments lui semblent fades.

Aujourd'hui, ce n'est pas seulement le plaisir de manger qui lui manque. En raison de l’altération du goût, elle cuisine moins souvent et reçoit moins d'invités qu'auparavant. Des plaisirs qui lui manquent dans sa vie quotidienne. À travers «RECIPES rewritten», elle espère non seulement vivre un moment précieux avec ses proches, mais grâce aux conseils et astuces d’un chef professionnel, retrouver peut-être le plaisir de cuisiner et de manger.

«J'espérais qu'avec la fin de la thérapie contre le cancer, le sens du goût allait revenir. Malheureusement, manger représente toujours un défi pour moi.»

Memory Gort

Memory Gort, canton des Grison

Memory Gort est âgé de 45 ans et vit dans le canton des Grisons. Elle a terminé son traitement contre le cancer du sein il y a deux ans. Le cancer a cependant bouleversé sa vie. Aujourd'hui, elle travaille à nouveau à temps partiel en tant qu'employée cantonale.

Pendant son traitement contre le cancer, Memory souffrait d’altérations du goût extrêmes. En outre, elle présentait des problèmes de tolérance et de digestion de certains aliments. Elle les subit encore à ce jour. En raison de la chimiothérapie et du traitement antihormo-nal, ses muqueuses buccales restent sensibles. Elle a ainsi du mal à percevoir certains goûts. Une grande partie de ce qui lui plaisait auparavant ne fait plus partie de ses choix de prédilection.

«J'aurais aimé en savoir plus sur les changements de goût dus à la thérapie lorsque j'étais encore sous chimio», déclare avec le recul Memory Gort. Elle est convaincue qu'elle peut tirer de précieux conseils et expériences de «RECIPES rewritten» et est heureuse de pouvoir retrouver grâce à ce projet une partie de sa qualité de vie.

Thèmes supplémentaires