krebsliga_aargaukrebsliga_baselkrebsliga_bernkrebsliga_bern_dekrebsliga_bern_frkrebsliga_freiburgkrebsliga_freiburg_dekrebsliga_freiburg_frkrebsliga_genfkrebsliga_glaruskrebsliga_graubuendenkrebsliga_jurakrebsliga_liechtensteinkrebsliga_neuenburgkrebsliga_ostschweizkrebsliga_schaffhausenkrebsliga_schweiz_dekrebsliga_schweiz_fr_einzeiligkrebsliga_schweiz_frkrebsliga_schweiz_itkrebsliga_solothurnkrebsliga_stgallen_appenzellkrebsliga_tessinkrebsliga_thurgaukrebsliga_waadtkrebsliga_wallis_dekrebsliga_wallis_frkrebsliga_zentralschweizkrebsliga_zuerichkrebsliga_zug
Ligue contre le cancerA propos du cancerLa vie avec et après le cancerDésir d’enfant malgré un cancerLa vie avec et après le cancer

Désir d’enfant malgré un cancer

Lorsqu’une personne jeune est atteinte d’un cancer, son premier souci est de guérir. Mais après la maladie ? Est-il possible de fonder une famille malgré le cancer et ses traitements? Quelles sont les mesures qui permettent de préserver la possibilité d’avoir un enfant au terme des thérapies ? Autant de questions auxquelles les jeunes patientes et patients doivent réfléchir avant d’entamer leur traitement.

Le cancer et ses traitements peuvent endommager les cellules reproductrices – ovocytes et spermatozoïdes –, de sorte qu’une conception naturelle sera difficile, voire impossible.

    Souhaitez-vous avoir des enfants ?

    Si vous prévoyez d’avoir des enfants ou si vous voulez vous laisser la possibilité d’en avoir ultérieurement, parlez-en avec votre médecin avant le début du traitement. Il vous renseignera sur les options qui permettent de mener ce projet à bien malgré le cancer et ses traitements.

    Posez-lui par exemple les questions suivantes :

    • Pourrai-je avoir ou concevoir des enfants malgré mon traitement ?
    • Quelles sont les options possibles pour que je puisse avoir des enfants plus tard ?
    • Avec la congélation d’ovocytes ou de spermatozoïdes, quelles sont mes chances d’avoir des enfants par la suite ?
    • Les mesures de préservation de la fertilité ont-elles un impact sur le traitement contre le cancer ?
    • Qui prend les coûts en charge ?

    Congélation d’ovocytes
    Il est possible de prélever des ovocytes dans les ovaires et de les congeler soit fécondés, soit non fécondés ; dans le jargon médical, on parle de cryoconservation. Avec cette technique, une grossesse nécessite le recours à la procréation médicalement assistée.

    Congélation de tissu ovarien
    Il est possible de prélever et congeler un ovaire ou un fragment d’ovaire. Une fois le traitement terminé, celui-ci est réimplanté. Une grossesse spontanée – c’est-à-dire sans recours à la procréation médicalement assistée – peut être envisagée.

    Médicaments
    Votre gynécologue peut vous prescrire des médicaments qui mettent les ovaires au repos pour les protéger des dommages liés aux traitements contre le cancer.

    Transposition ovarienne
    Avant une radiothérapie dans la région du bassin, il est possible de déplacer temporairement les ovaires en dehors du champ d’irradiation.

    Congélation de spermatozoïdes
    Il est possible de congeler des spermatozoïdes avant le début du traitement ; dans le jargon médical, on parle de cryoconservation. Ces spermatozoïdes pourront être utilisés ultérieurement pour une fécondation artificielle.

    Congélation de tissu testiculaire
    Il est possible de prélever et congeler du tissu testiculaire dont on extraira des spermatozoïdes le moment venu ; les spécialistes parlent d’extraction de spermatozoïdes par biopsie testiculaire (TESE). Cette méthode est utilisée lorsque le sperme ne contient pas de spermatozoïdes.

    Les spermatozoïdes ainsi obtenus pourront être utilisés ultérieurement pour une fécondation artificielle.

    Avant la puberté, il est possible de prélever et congeler du tissu testiculaire chez le garçon ou ovarien chez la fille. Actuellement (2021), on ne peut toutefois pas encore obtenir de cellules reproductrices fonctionnelles à partir de ce tissu immature. Grâce aux progrès réalisés dans ce domaine de recherche, les scientifiques ont toutefois bon espoir d’y parvenir bientôt.

    L’assurance-maladie de base couvre le coût de la cryoconservation pendant cinq ans chez les personnes de moins de 40 ans, pour autant qu’elle soit effectuée dans un centre spécialisé qui participe à un programme d’assurance de la qualité.

    La Ligue contre le cancer s’est engagée avec succès pour que ces frais soient pris en charge par les caisses-maladie.

    Le coût des autres mesures, comme la fécondation artificielle, sont à la charge des personnes concernées.

    Une grossesse mise en route au terme du traitement contre le cancer n’expose pas l’enfant à un risque accru de malformations. En l’état actuel des connaissances, les spécialistes ne peuvent cependant pas exclure un risque résiduel.

    Importance de la contraception durant le traitement
    Les traitements contre le cancer peuvent altérer la qualité des ovocytes et des spermatozoïdes et entraîner des malformations chez l’enfant à naître. Il est par conséquent important d’utiliser un contraceptif pendant la thérapie et encore quelque temps après. Une grossesse ne devrait donc être planifiée qu’un certain temps après la fin du traitement.

    Des questions sur la planification familiale ? Discutez-en avec votre médecin traitant.

    En règle générale, les personnes touchées par le cancer ne peuvent pas transmettre la maladie à leurs descendants.

    Certaines peuvent toutefois transmettre à leurs enfants une prédisposition à certains types de cancer. Cette prédisposition augmente le risque de développer le cancer en question. Toutes les personnes porteuses d’une prédisposition héréditaire ne développent cependant pas nécessairement un cancer.

    Comment savoir si j’ai une telle prédisposition ?
    Abordez la question avec votre médecin s’il y a un grand nombre de cas de cancer dans votre famille ou si des membres de votre parenté ont eu un cancer à un très jeune âge.

    Vous trouverez de plus amples informations sur le sujet dans les brochures de la Ligue contre le cancer « Prédispositions héréditaires au cancer » et « Les cancers du sein et de l’ovaire liés à une prédisposition héréditaire », ainsi que sur la page « Prédisposition génétique ».

    Où s’informer et se faire conseiller ?

    Médecin traitant

    Si vous envisagez d’avoir des enfants, parlez-en avec votre médecin. Il pourra vous conseiller et, si nécessaire, vous diriger vers un centre de médecine de la reproduction.  
     

    Ligues contre le cancer

    La Ligne InfoCancer et les ligues cantonales et régionales contre le cancer sont à votre service et vous conseillent gratuitement.
     

    Sites internet consacrés à la fertilité

    Le site www.fertionco.ch propose aux femmes des informations sur la fertilité et le cancer. Il comporte un questionnaire conçu pour vous accompagner dans votre prise de décision quant aux mesures de cryoconservation.

    FertiSave est un réseau suisse qui vise à garantir la qualité des mesures de préservation de la fertilité chez les personnes atteintes d’un cancer. Vous trouverez ici les centres de la reproduction qui font partie de ce réseau :
    https://www.sgrm.org/fr/commissions/fertisave-main-fr/fertisave-centres

    Le réseau Fertiprotekt regroupe des centres spécialisés dans la préservation de la fertilité en Suisse, en Allemagne et en Autriche : https://fertiprotekt.com/fertilitaetsprotektion (en allemand et en anglais)

    Témoignage personnel

    Une jeune patiente raconte comment le prélèvement d’ovocytes lui a permis de conserver la possibilité d’avoir des enfants ultérieurement : Daniela – Fonder une famille malgré le cancer

    Actualisé le : 05.12.2021
    Conseil
    Conseil

    Les personnes concernées, les proches et toutes personnes intéressés peuvent s’adresser à la Ligne InfoCancer en semaine par téléphone, courriel, chat ou vidéotéléphonie de 10h à 18h.

    Ligne Infocancer 0800 11 88 11
    Chat « Cancerline » aller au Chat
    Conseil sur place liguecancer.ch/region
    Conseil
    Conseil