krebsliga_aargaukrebsliga_baselkrebsliga_bernkrebsliga_bern_dekrebsliga_bern_frkrebsliga_freiburgkrebsliga_freiburg_dekrebsliga_freiburg_frkrebsliga_genfkrebsliga_glaruskrebsliga_graubuendenkrebsliga_jurakrebsliga_liechtensteinkrebsliga_neuenburgkrebsliga_ostschweizkrebsliga_schaffhausenkrebsliga_schweiz_dekrebsliga_schweiz_fr_einzeiligkrebsliga_schweiz_frkrebsliga_schweiz_itkrebsliga_solothurnkrebsliga_stgallen_appenzellkrebsliga_tessinkrebsliga_thurgaukrebsliga_waadtkrebsliga_wallis_dekrebsliga_wallis_frkrebsliga_zentralschweizkrebsliga_zuerichkrebsliga_zug
Ligue contre le cancerReflux : des symptômes persistants augmentent le risque de cancer

Reflux : des symptômes persistants augmentent le risque de cancer

20 à 30 % de la population souffre de reflux. Dans les cas légers, des mesures simples permettent de soulager la sensation de brûlure au niveau de l’estomac ainsi que les autres symptômes. Toutefois, si les symptômes reviennent fréquemment, des analyses complémentaires sont recommandées. A l’occasion de la semaine de sensibilisation au RGO, Dr med. Jörg Zehetner, spécialiste en chirurgie viscérale à Berne, explique les conséquences d’un reflux non traité.

Quels sont les symptômes classiques du reflux ?
Prof. Jörg Zehetner : il s’agit notamment de régurgitations acides et de brûlures d’estomac – cette sensation de brûlure dans la région de l’estomac qui peut irradier derrière le sternum et dans la gorge ou le pharynx. Le reflux est causé par une faiblesse de l’anneau musculaire à la jonction de l’œsophage et de l’estomac. Il est souvent associé à une forte production d’acide dans l’estomac. La remontée de sucs gastriques acides peut provoquer une gêne, surtout la nuit, et déclencher des quintes de toux pendant le sommeil. Cependant, certains patients souffrent aussi d’autres symptômes tels que l’enrouement ou des picotements dans la gorge.

Dans quelle mesure la population est-elle consciente des dangers du reflux ?
Beaucoup connaissent les symptômes et savent qu’il existe des médicaments. Mais qu’un reflux sévère et persistant puisse provoquer des modifications de la muqueuse, voire le cancer, est souvent méconnu. Si les symptômes ne disparaissent pas malgré la prise de médicaments, il ne faut pas se contenter d’attendre, mais plutôt chercher de l’aide ; plus un carcinome de l’œsophage est détecté tôt, plus les chances de guérison sont grandes. En Suisse, 600 personnes contractent la maladie chaque année, et environ la moitié peuvent être opérées.

Qu’un reflux sévère et persistant puisse provoquer des modifications de la muqueuse, voire le cancer, est souvent méconnu.

Y a-t-il des personnes particulièrement à risque ?
Le reflux touche autant les hommes que les femmes. Toutefois, le cancer de l’œsophage, qui peut survenir en cas de reflux persistant, est trois fois plus fréquent chez les hommes que chez les femmes. On constate également une dimension familiale (héréditaire) pour les reflux, les hernies et le cancer de l’œsophage. De manière générale, cependant, le reflux peut survenir à tout âge, même chez les nouveau-nés. Les personnes en surpoids sont particulièrement exposées. Les autres facteurs de risque sont le tabagisme et la consommation excessive de café. Le stress stimule également la production d’acide gastrique et favorise ainsi le reflux.

Quels sont les conseils les plus importants pour les personnes souffrant de reflux ?
La première étape consiste généralement à adapter son alimentation. Les aliments tels que l’ail, les oignons et la sauce tomate sont à éviter. Le café en grande quantité et le chocolat noir sont également déconseillés car ils peuvent ouvrir l’anneau musculaire gastro-œsophagien. Le soir, il est également conseillé de manger le plus tôt possible, d’autant plus que dormir avec l’estomac plein augmente les reflux. De nombreuses personnes éprouvent en outre un soulagement lorsqu’elles relèvent la tête de leur lit d’environ 30 degrés. Arrêter de fumer est également une mesure judicieuse.

La première étape consiste généralement à adapter son alimentation.

Quand le reflux doit-il faire l’objet d’analyses complémentaires ou d’un traitement ?
Des médicaments permettant de réguler l’acidité de l’estomac peuvent faire disparaître les symptômes chez les personnes ayant des reflux plusieurs fois par semaine. Cependant, toute personne dont les symptômes persistent malgré la prise de médicaments devrait consulter un spécialiste. Une gastroscopie peut alors fournir des indications supplémentaires sur les mesures à prendre. En particulier lors de problèmes de déglutition liés au reflux, il est important de ne pas attendre pour clarifier la situation.

Que se passe-t-il une fois le reflux détecté ?
Outre la gastroscopie, les mesures de l’acidité et de la pression de l’œsophage fournissent des informations supplémentaires sur la cause et l’ampleur du reflux. Une radiographie de déglutition peut également être réalisée pour vérifier le bon fonctionnement de l’œsophage. Le traitement varie en fonction des résultats. S’il existe des signes de reflux mais que l’œsophage semble normal, un traitement médicamenteux est parfois suffisant. Toutefois, si les examens révèlent une inflammation, des cicatrices ou des modifications de la muqueuse de l’œsophage, cela peut indiquer une affection appelée œsophage de Barrett – une modification des cellules de l’œsophage qui est un précurseur du cancer. Il est alors important de vérifier si une opération est indiquée pour stopper le reflux.


Informations complémentaires
https://www.liguecancer.ch/a-propos-du-cancer/les-differents-types-de-cancer/le-cancer-de-loesophage

Conseiller & informer :
Le service gratuit de conseil et d’information « Ligne InfoCancer » est là pour toutes les questions sur le cancer, par téléphone, courrier, chat ou Skype.

Ligne InfoCancer : 0800 11 88 11, conseil par courriel :helpline@liguecancer.ch.
https://www.liguecancer.ch/conseil-et-soutien/questions-sur-le-cancer/ligne-infocancer

La dernière cigarette :
La Ligne stop-tabac de la Ligue contre le cancer aide les fumeurs à arrêter de fumer. www.stopsmoking.ch