krebsliga_aargaukrebsliga_baselkrebsliga_bernkrebsliga_bern_dekrebsliga_bern_frkrebsliga_freiburgkrebsliga_freiburg_dekrebsliga_freiburg_frkrebsliga_genfkrebsliga_glaruskrebsliga_graubuendenkrebsliga_jurakrebsliga_liechtensteinkrebsliga_neuenburgkrebsliga_ostschweizkrebsliga_schaffhausenkrebsliga_schweiz_dekrebsliga_schweiz_fr_einzeiligkrebsliga_schweiz_frkrebsliga_schweiz_itkrebsliga_solothurnkrebsliga_stgallen_appenzellkrebsliga_tessinkrebsliga_thurgaukrebsliga_waadtkrebsliga_wallis_dekrebsliga_wallis_frkrebsliga_zentralschweizkrebsliga_zuerichkrebsliga_zug
Ligue contre le cancerA propos du cancerLes différents types de cancerLes différents types de cancer

Le cancer de l’ovaire

Chaque année en Suisse, on dénombre quelque 600 nouveaux cas de cancer de l’ovaire, ce qui représente environ 3 % des cancers dans la population féminine. En moyenne, les femmes touchées ont plus de 60 ans ; une sur cinq a moins de 50 ans.

1. trompe de fallope 2. ovaire 3. utérus 4. vagin 5. cavité de l‘utérus 6. corps de l’utérus (couche musculaire) 7. endomètre 8. col de l’utérus

Les ovaires, au nombre de deux, renferment les ovules qui, lorsqu’ils sont fécondés par les spermatozoïdes, s’implantent dans l’utérus, où ils poursuivent leur développement sous forme d’embryon. Les ovaires sont, comme les trompes de Fallope et l’utérus, situés dans le bas-ventre, à proximité de la vessie et de l’intestin.

Certains facteurs et caractéristiques individuelles peuvent augmenter le risque de cancer de l’ovaire :

  • âge (plus de 60 ans) ;
  • risque familial (voir ci-dessous) ;
  • absence de grossesse ;
  • stérilité ;
  • traitement hormonal de substitution à la ménopause ;
  • surcharge pondérale ;
  • tabagisme ;
  • diabète de type 2 ;
  • endométriose (maladie de la muqueuse utérine) ;
  • exposition à des substances toxiques (amiante, p. ex).

Risque familial

Lorsque plusieurs parentes proches (mère, sœur, fille) sont ou ont été touchées par un cancer de l’ovaire ou du sein, on parle de risque familial. Celui-ci joue un rôle important dans l’apparition du cancer de l’ovaire.

On estime en effet qu’un cancer de l’ovaire sur dix est lié à une prédisposition héréditaire. Cela signifie que les femmes concernées ont hérité d’une modification au niveau de certains gènes bien précis (mutation génétique), notamment les gènes BRCA1 et BRCA2. Cette mutation augmente le risque de développer un cancer de l’ovaire, mais aussi du sein.

Parmi les facteurs qui peuvent diminuer le risque de cancer de l’ovaire, on trouve les événements et les mesures qui réduisent le nombre d’ovulations au cours de l’existence : prise de la pilule contraceptive, grossesses, allaitement, etc.

Il est possible de modifier certains facteurs liés au mode de vie : tabagisme, consommation d’alcool et activité physique. Avec une bonne hygiène de vie et en évitant certains facteurs de risque, on diminue le risque de développer certains cancers.

Pour certains cancers, il existe des examens qui permettent de déceler la tumeur avant qu’elle ne provoque des symptômes. Cela permet d’engager un traitement rapidement, ce qui peut, dans bien des cas, améliorer le pronostic.

À l’heure actuelle, il n’existe aucune méthode fiable pour dépister le cancer de l’ovaire.

Le cancer de l’ovaire ne provoque généralement aucun trouble aux premiers stades. Comme il a beaucoup d’espace pour se développer dans la région pelvienne et abdominale, il passe souvent inaperçu pendant une longue période.

 

Symptômes possibles d’un cancer de l’ovaire :

  • maux de ventre persistants d’origine inconnue ;
  • sensation de satiété ;
  • ballonnements ;
  • constipation ;
  • augmentation du volume de l’abdomen ;
  • perte de poids inexpliquée 
  • mictions plus fréquentes que d’ordinaire ;
  • douleurs pelviennes persistantes ;
  • rapports sexuels douloureux ;
  • saignements entre les règles ou après la ménopause ;
  • fatigue générale, épuisement.

En présence de troubles qui pourraient indiquer la présence d’un cancer de l’ovaire, différents examens sont réalisés :

  • examen physique ;
  • examens de laboratoire (analyses de sang, p. ex.) ;
  • échographie (ultrasons) ;
  • scanner (tomodensitomètre) ;
  •  imagerie par résonance magnétique (IRM) ;
  •  tomographie par émission de positrons (TEP).

Ces examens sont généralement réalisés par un ou une gynécologue.

Les principales méthodes utilisées pour traiter un cancer de l’ovaire sont la chirurgie et la chimiothérapie.Dans certains cas, une thérapie ciblée peut également être envisagée.

Lorsque la tumeur est découverte à un stade peu avancé, alors qu’elle est encore limitée aux ovaires, le pronostic est généralement bon. Il est nettement moins favorable lorsque le cancer s’est déjà propagé à la cavité abdominale.

Matériel d’information

Vous avez reçu un diagnostic de cancer de l’ovaire ? Les informations ou aides à la décision suivantes pourront peut-être vous être utiles :

Vous trouverez dans la boutique de nombreuses brochures et fiches d’information sur différents thèmes en rapport avec le cancer.

Actualisé le : 4 janvier 2021