krebsliga_aargaukrebsliga_baselkrebsliga_bernkrebsliga_bern_dekrebsliga_bern_frkrebsliga_freiburgkrebsliga_freiburg_dekrebsliga_freiburg_frkrebsliga_genfkrebsliga_glaruskrebsliga_graubuendenkrebsliga_jurakrebsliga_liechtensteinkrebsliga_neuenburgkrebsliga_ostschweizkrebsliga_schaffhausenkrebsliga_schweiz_dekrebsliga_schweiz_fr_einzeiligkrebsliga_schweiz_frkrebsliga_schweiz_itkrebsliga_solothurnkrebsliga_stgallen_appenzellkrebsliga_tessinkrebsliga_thurgaukrebsliga_waadtkrebsliga_walliskrebsliga_wallis_dekrebsliga_wallis_frkrebsliga_zentralschweizkrebsliga_zuerichkrebsliga_zug
Ligue contre le cancerA propos du cancerLes différents types de cancerLes différents types de cancer

Le cancer de la prostate

Abonnez le Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour savoir plus sur les sujets actuels liés au cancer, sur les offres courantes et sur nos manifestations.

* indications requises
Coupe sagittale du bassin masculin et agrandissement de la prostate

Chaque année en Suisse, on dénombre environ 6100 nouveaux cas de cancer de la prostate, ce qui en fait le cancer le plus fréquent ; il représente 28 % des cancers chez l’homme. Pratiquement tous les patients (99 %) ont plus de 50 ans au moment du diagnostic; 47 % ont même 70 ans et plus.

Située sous de la vessie, la prostate est une glande qui entoure la partie supérieure de l’urètre. Elle produit l’antigène prostatique spécifique (PSA, de l’anglais prostate-specific antigen), qui est expulsé à travers l’urètre avec le liquide séminal et le sperme lors de l’éjaculation.

Certains facteurs peuvent augmenter le risque de développer la maladie :

  • L’âge : le cancer de la prostate est plus fréquent chez les hommes d’un certain âge;
  • Un cancer de la prostate chez un parent proche de sexe masculin (père ou frère).

A ce jour, il n’existe pas de méthode pour prévenir le cancer de la prostate.

Il est possible d’exercer une influence sur son mode de vie : consommation de tabac, alcool, alimentation et activité physique. En menant une vie saine et en évitant certains facteurs de risque, vous diminuez le risque de souffrir de certains cancers. Souhaitez-vous davantage d’informations sur la prévention du cancer ?

Il existe deux méthodes d’examen différentes pour dépister une éventuelle tumeur de la prostate : le toucher rectal et la mesure du taux de PSA dans le sang.

Le dépistage ne fait pas l’unanimité parmi les spécialistes. La décision de se soumettre à un test de dépistage ou d’y renoncer est un choix individuel qui dépend dans une large mesure de la situation personnelle. Il est essentiel de prendre cette décision seulement après avoir reçu des informations détaillées sur les avantages et les inconvénients du dépistage.

La plupart des cancers de la prostate ne provoquent quasiment aucun symptôme pendant une période prolongée. Ce n’est qu’à partir du moment où la tumeur rétrécit l’urètre que des problèmes surviennent lors de la miction : par exemple un affaiblissement du jet urinaire, des mictions fréquentes, ainsi que des douleurs ou d’autres difficultés lors de la miction. Ces troubles n’indiquent pas nécessairement la présence d’un cancer de la prostate. Ils peuvent être liés à une maladie bénigne. Il est indispensable de consulter un médecin pour en rechercher l’origine.

Le traitement du cancer de la prostate est planifié de façon individuelle et adapté à chaque cas particulier. Il dépend de différents facteurs : taille de la tumeur, caractéristiques du tissu tumoral, atteinte des ganglions lymphatiques et présence des métastases. L’état général du patient joue généralement un rôle.

Les méthodes thérapeutiques sont :

  • La chirurgie : ablation de la prostate ou prostatectomie ;
  • La surveillance active : elle consiste à surveiller la progression de la tumeur en effectuant des contrôles réguliers. Le traitement (une opération par ex.) ne commence qu’à partir du moment où le patient le souhaite ou si la tumeur progresse. Cette stratégie thérapeutique est suivie pour des tumeurs spécifiques de petite taille qui présentent un faible risque d’évolution. ;
  • L’observation attentive convient surtout aux patients âgés. Le traitement démarre lorsque la tumeur cause des troubles à la personne ;
  • La radiothérapie
  • Les traitements médicamenteux : chimiothérapies, hormonothérapie, thérapies ciblées.

Dans le cadre d’études cliniques, des thérapies focales sont administrées. Des cliniques mènent aussi ce type d’études. Les traitements comme les ultrasons focalisés de haute intensité (HIFU) sont encore considérés comme expérimentaux : ils ne concernent qu’un petit groupe de patients (tumeur clairement localisée, limitée à la prostate et peu agressive).


La boutique vous propose de nombreuses brochures et fiches d’information sur différents thèmes en rapport avec le cancer.

Informations sur le dépistage du cancer de la prostate