krebsliga_aargaukrebsliga_baselkrebsliga_bernkrebsliga_bern_dekrebsliga_bern_frkrebsliga_freiburgkrebsliga_freiburg_dekrebsliga_freiburg_frkrebsliga_genfkrebsliga_glaruskrebsliga_graubuendenkrebsliga_jurakrebsliga_liechtensteinkrebsliga_neuenburgkrebsliga_ostschweizkrebsliga_schaffhausenkrebsliga_schweiz_dekrebsliga_schweiz_fr_einzeiligkrebsliga_schweiz_frkrebsliga_schweiz_itkrebsliga_solothurnkrebsliga_stgallen_appenzellkrebsliga_tessinkrebsliga_thurgaukrebsliga_waadtkrebsliga_walliskrebsliga_wallis_dekrebsliga_wallis_frkrebsliga_zentralschweizkrebsliga_zuerichkrebsliga_zug
Ligue contre le cancerMédiasCommuniqués de presseLa Suisse à la traîne en matière de protection de la jeunesse

La Suisse à la traîne en matière de protection de la jeunesse

Les enfants et les adolescents sont massivement exposés à la publicité pour les produits du tabac alors que le risque de dépendance est particulièrement élevé dans ce groupe d’âge. En comparaison avec d’autres pays européens, la Suisse reste à la traîne en matière de protection de la jeunesse. Le tabagisme reste la principale cause de cancer – d’où l’engagement de la Ligue contre le cancer, qui a mis en place différentes mesures en vue de prévenir la consommation de tabac.

La publicité est efficace, notamment celle pour les produits du tabac, à laquelle les enfants et les jeunes sont massivement exposés. Une étude réalisée cette année sur les mouvements oculaires des enfants et des adolescents de 10 à 17 ans dans un kiosque a montré que leur regard s’arrêtait en moyenne 22 fois sur des supports publicitaires en faveur du tabac.

Près d’un quart de fumeurs chez les jeunes

Le risque de dépendance aux produits du tabac est particulièrement élevé chez les jeunes. 57 % des fumeuses et fumeurs ont commencé à fumer avant l’âge de 18 ans. En revanche, une personne qui n’a pas touché à la cigarette jusqu’à 21 ans ne fumera très probablement jamais.

En 2015, un quart de la population suisse fumait ; dans la tranche d’âge des 15 à 19 ans, la part des fumeuses et fumeurs s’élevait à 24 % selon les chiffres d’Addiction Suisse. Le tabagisme peut pourtant avoir des conséquences dramatiques : chaque année en Suisse, la consommation de tabac entraîne 9500 décès prématurés. Tous les ans, on enregistre 4000 nouveaux cas de cancer du poumon et 3100 décès consécutifs à cette maladie, ce qui correspond à 19 % des décès liés au cancer.

Des mesures insuffisantes en comparaison internationale

Pour ce qui est de la mise en œuvre de mesures efficaces en vue de protéger les jeunes de la publicité pour le tabac, la Suisse fait figure de mauvais élève au niveau européen. Il y a peu, l’Irlande a introduit les paquets neutres standard pour les produits du tabac. Après la France, la Grande-Bretagne, la Norvège et la Hongrie, c’est déjà le cinquième pays d’Europe à avoir franchi le pas. La Suisse en est encore loin. La publicité pour les produits du tabac, de même que la promotion et le parrainage dans ce domaine, ne sont soumis à aucune restriction ou presque. Compte tenu du niveau de vie élevé, les cigarettes restent bon marché dans notre pays, comme le montre l’étude Tobacco Control Scale in Europe 2016, publiée par l’Association des ligues européennes contre le cancer.

Un accompagnement jusqu’à l’arrêt complet

Le tabagisme reste la principale cause de cancer – d’où l’engagement de la Ligue contre le cancer, qui a mis en place différentes mesures en vue de prévenir la consommation de tabac. Cela inclut des mesures structurelles, comme le soutien à une augmentation du prix du tabac et à l’interdiction de la publicité, mais aussi la ligne stop-tabac, à laquelle les fumeuses et les fumeurs qui souhaitent arrêter de fumer peuvent faire appel au 0848 00 181. Des conseillères et conseillers spécialisés les soutiendront et les accompagneront en leur proposant plusieurs entretiens pour bien préparer le sevrage tabagique et trouver la méthode qui leur convient. Il vaut en effet la peine d’arrêter de fumer : deux semaines déjà après la dernière cigarette, le risque d’infarctus du myocarde commence à diminuer, les fonctions pulmonaires se rétablissent et la qualité de vie s’améliore.

Le coaching, proposé en dix langues, englobe, suivant les besoins, plusieurs entretiens gratuits. Les chances de ne plus toucher à la cigarette sont six fois plus élevées avec le soutien de la ligne stop-tabac que sans aide. Le conseil figure également au nombre des méthodes efficaces préconisées dans les recommandations suisses en matière de désaccoutumance au tabac. La ligne stop-tabac est gérée par la Ligue suisse contre le cancer en collaboration avec l’Association suisse pour la prévention du tabagisme ; elle est financée par le Fonds de prévention du tabagisme.

La Ligue contre le cancer, partenaire de l’OFSP

La Ligue suisse contre le cancer soutient en tant que partenaire la campagne de prévention du tabagisme SmokeFree, lancée par l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) en collaboration avec les cantons et d’autres organisations non gouvernementales. L’objectif premier est d’épauler les personnes qui ont décidé d’arrêter de fumer. La ligne stop-tabac de la Ligue suisse contre le cancer est mentionnée sur les affiches et dans les spots publicitaires.

Informations complémentaires :

www.smokefree.ch

www.ligne-stop-tabac.ch , 0848 000 181, du lundi au vendredi de 11h à 19h (8 ct. la minute)

Thèmes supplémentaires