krebsliga_aargaukrebsliga_baselkrebsliga_bernkrebsliga_bern_dekrebsliga_bern_frkrebsliga_freiburgkrebsliga_freiburg_dekrebsliga_freiburg_frkrebsliga_genfkrebsliga_glaruskrebsliga_graubuendenkrebsliga_jurakrebsliga_liechtensteinkrebsliga_neuenburgkrebsliga_ostschweizkrebsliga_schaffhausenkrebsliga_schweiz_dekrebsliga_schweiz_fr_einzeiligkrebsliga_schweiz_frkrebsliga_schweiz_itkrebsliga_solothurnkrebsliga_stgallen_appenzellkrebsliga_tessinkrebsliga_thurgaukrebsliga_waadtkrebsliga_walliskrebsliga_wallis_dekrebsliga_wallis_frkrebsliga_zentralschweizkrebsliga_zuerichkrebsliga_zug
Ligue contre le cancerMédiasCommuniqués de presseLa population sera mieux protégée des rayonnements ionisants

La population sera mieux protégée des rayonnements ionisants

Soucieuses de garantir une protection optimale contre les rayonnements ionisants à la population en général de même qu’aux groupes professionnellement exposés, la Ligue contre le cancer et la Ligue pulmonaire ont pris position de façon approfondie lors de l’audition relative à la révision de l’ordonnance sur la radioprotection. Elles accueillent avec satisfaction le texte adopté par le Conseil fédéral, qui entrera en vigueur le 1er janvier 2018.

Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) classe toutes les formes de rayonnement ionisant – la « radioactivité », dans le langage courant – dans la catégorie des cancérogènes avérés. Le risque de cancer augmente proportionnellement à la dose cumulée. Il n’existe pas de seuil au-dessous duquel le danger serait nul – d’où l’importance, dans une optique préventive, de limiter le plus possible l’exposition aux rayonnements pour l’homme et pour l’environnement.

Dans sa version révisée, l’ordonnance sur la radioprotection garantit l’adaptation des bases légales aux nouvelles connaissances scientifiques et aux directives internationales. Concrètement, elle permet de mieux protéger les patients d’une exposition inutile aux rayonnements lors de traitements médicaux (voir détails ci-dessous), de prendre davantage en compte l’exposition au radon dans les bâtiments (en abaissant notamment le niveau de référence à 300 becquerels par mètre cube dans les locaux d’habitation et de séjour) et d’assurer une meilleure protection aux personnes exposées sur leur lieu de travail.

Emploi des rayons dans le traitement du cancer

Les deux organisations de santé sont conscientes de l’utilité des rayonnements ionisants en médecine. En oncologie en particulier, l’utilisation des rayons – la radiothérapie – est une forme de traitement importante. Les rayons employés en médecine peuvent toutefois aussi avoir des effets indésirables ou entraîner des séquelles. Toute application comporte de ce fait un risque pour la santé.

Pour mieux protéger les patients d’une exposition inutile aux rayonnements, la législation prévoit des audits cliniques dans les hôpitaux et les instituts de radiologie (pour le domaine des doses modérées et élevées). Il s’agit là d’un instrument important pour relever le niveau de protection contre les radiations.

Cancer du poumon lié au radon

La Ligue contre le cancer et la Ligue pulmonaire se félicitent de la meilleure prise en compte de l’exposition au radon dans les bâtiments et dans la formation des professionnels de la construction. Le risque lié à une forte exposition au radon est souvent sous-estimé ou méconnu dans la population. Les deux organisations estiment qu’il est par conséquent essentiel d’informer le public et de le sensibiliser à la question du radon, un domaine dans lequel elles continueront à s’engager à l’avenir.

En Suisse, le radon est la principale cause de cancer du poumon après le tabagisme. Ce gaz radioactif naturellement présent dans le sol peut, dans les endroits où il se trouve en concentration importante, s’infiltrer dans les bâtiments qui présentent des défauts d’étanchéité et s’accumuler dans l’air ambiant. Il existe des moyens peu coûteux pour mesurer la concentration en radon dans un bâtiment et, le cas échéant, remédier au problème en recourant à des techniques de construction.

Informations supplémentaires :