krebsliga_aargaukrebsliga_baselkrebsliga_bernkrebsliga_bern_dekrebsliga_bern_frkrebsliga_freiburgkrebsliga_freiburg_dekrebsliga_freiburg_frkrebsliga_genfkrebsliga_glaruskrebsliga_graubuendenkrebsliga_jurakrebsliga_liechtensteinkrebsliga_neuenburgkrebsliga_ostschweizkrebsliga_schaffhausenkrebsliga_schweiz_dekrebsliga_schweiz_fr_einzeiligkrebsliga_schweiz_frkrebsliga_schweiz_itkrebsliga_solothurnkrebsliga_stgallen_appenzellkrebsliga_tessinkrebsliga_thurgaukrebsliga_waadtkrebsliga_wallis_dekrebsliga_wallis_frkrebsliga_zentralschweizkrebsliga_zuerichkrebsliga_zug
Ligue contre le cancerA propos du cancerLes différents types de cancerLes différents types de cancer

Le cancer du côlon et du rectum

Lorsqu’on parle de « cancer de l’intestin », on entend généralement une maladie cancéreuse du côlon ou du rectum. On dénomme aussi ce type de cancer carcinome colorectal ou cancer colorectal.

Chaque année en Suisse, le cancer colorectal touche environ 4500 personnes. La maladie atteint en particulier le groupe d’âge au-dessus de 50 ans. Elle est légèrement plus fréquente chez l’homme que chez la femme. Au cours des dernières décennies, la mortalité par cancer colorectal a diminué de façon continue grâce au dépistage et à l’amélioration des traitements.

Les cancers colorectaux peuvent se développer à partir de différentes cellules. Plus de 95% d’entre eux apparaissent toutefois dans la muqueuse du côlon et du rectum.

Le renouvellement constant des cellules de la muqueuse intestinale peut conduire à une surproduction cellulaire. Chez les personnes de plus de 40 ans en particulier, ce phénomène peut entraîner la formation de polypes, des excroissances bénignes de la muqueuse qui grandissent lentement et en continu.

Bien qu’ils soient bénins dans la plupart des cas, on considère la majorité des polypes comme précancéreux. En effet, avec le temps, ils peuvent évoluer en tumeur maligne.

Le cancer de l’intestin - En bref

     Le cancer de l’intestin - Formation

    

Le cancer de l’intestin - En bref

Le cancer de l’intestin - Formation

Le cancer de l’intestin - Prévention et
facteurs de risque


      
Le cancer de l’intestin - Dépistage

    

Le cancer de l’intestin - Prévention et facteurs de risque



Il n’existe pas une cause unique liée à l’apparition d’un cancer du côlon ou du rectum. Chaque personne peut être touchée par cette maladie et le risque augmente à mesure que l’on avance en âge.

Risque familial

Certaines personnes, même jeunes, sont plus exposées en raison d’antécédents familiaux. Le risque concerne en particulier les familles touchées par :

  • le syndrome du cancer colorectal héréditaire sans polypose (HNPCC) appelé syndrome de Lynch
  • la polypose adénomateuse familiale (PAF) qui provoque la formation de centaines de polypes surtout au niveau du rectum et du côlon

Autres facteurs de risque

  • les maladies cancéreuses du côlon et du rectum, ou polypes colorectaux, chez les parents ou chez un frère ou une sœur 
  • les polypes colorectaux découverts et enlevés antérieurement
  • les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin telles que la colite ulcéreuse et la maladie de Crohn

Les éléments principaux suivants diminuent le risque de cancer colorectal :

  • une activité physique régulière
  • des fibres alimentaires consommées en quantités suffisantes : céréales complètes, fruits, légumes et légumineuses
  • peu de viande rouge
  • peu d’alcool
  • pas de surpoids
  • pas de tabagisme

Le corps médical et la Ligue contre le cancer recommandent d’effectuer un examen de dépistage régulier à partir de 50 ans. Il consiste la plupart du temps à réaliser une coloscopie ou une recherche de sang occulte dans les selles, soit de détecter du sang invisible à l’œil nu.

L’examen ou le test a lieu de préférence dans le cadre d’un programme de dépistage systématique. Des programmes existent ou sont en cours de mise en place dans divers cantons. Vous pouvez vérifier si votre canton dispose d’un tel programme à la page www.swisscancerscreening.ch. Si votre canton ne dispose pas d’un programme de dépistage, parlez-en à votre médecin, à votre pharmacien ou demandez conseil à la Ligne InfoCancer

Le cancer colorectal se développe lentement, raison pour laquelle il peut passer inaperçu pendant une période prolongée. Lorsque des signes apparaissent, c’est souvent par vagues, d’où une confusion possible avec des troubles plus courants et bénins. Les symptômes les plus fréquents sont :

 

  • des modifications lorsque vous allez à selle (par exemple diarrhées ou constipation soudaine ou alternance des deux)
  • des selles rétrécies (en forme de « spaghetti »), un faux besoin d’aller à selle
  • une perte de poids inexpliquée
  • du sang dans ou sur les selles, qui les rend rouges ou noires
  • du mucus dans les selles, des saignements rectaux
  • des douleurs abdominales inconnues et persistantes, qui peuvent signaler un début d’occlusion intestinale
  • des ballonnements
  • une perte d’appétit et d’énergie 

Le médecin vous interroge sur votre état de santé, vos symptômes et si vous prenez des médicaments. Il s’intéresse également à vos antécédents médicaux et à ceux de votre famille, notamment aux cas de cancers. Il procède ensuite à un examen physique et à une analyse sanguine.

L’analyse des selles qui suit les premiers examens sert à détecter la présence de sang occulte dans les selles, signe possible d’un cancer. En cas de sang dans les selles, il s’agit d’en trouver la source. Le sang peut s’écouler à partir d’un cancer, mais il peut aussi avoir une autre origine, comme les hémorroïdes.

La coloscopie qui suit l’analyse des selles permet de déterminer la provenance du sang dans les selles. Cet examen s’impose également chez les personnes de plus de 50 ans dont les saignements sont causés par des hémorroïdes.

Les principaux traitements d’un cancer colorectal sont : 

  • l’opération
  • la radiothérapie
  • la radiochimiothérapie, une combinaison de chimiothérapie et de radiothérapie
  • les traitements médicamenteux : chimiothérapie, thérapie ciblée, immunothérapie
  • la thermoablation par radiofréquence et l’embolisation pour le traitement des métastases du foie

Ces traitements sont administrés seuls, combinés ou l’un après l’autre. Ils sont souvent prescrits l’un après l’autre, car des thérapies simultanées présentent le risque d’entraîner des effets indésirables plus prononcés.

Le plan de traitement peut varier fortement suivant le cas. Demandez des explications à votre équipe soignante. 

Matériel d’information

Avez-vous reçu un diagnostic de cancer du côlon ou du rectum ?
Les informations ou aides à la décision suivantes peuvent peut-être vous aider :


Commander la brochure dans la boutique

La boutique vous propose de nombreuses brochures et fiches d’information sur différents thèmes en rapport avec le cancer.

Actualisé le : 19.05.2020