krebsliga_aargaukrebsliga_baselkrebsliga_bernkrebsliga_bern_dekrebsliga_bern_frkrebsliga_freiburgkrebsliga_freiburg_dekrebsliga_freiburg_frkrebsliga_genfkrebsliga_glaruskrebsliga_graubuendenkrebsliga_jurakrebsliga_liechtensteinkrebsliga_neuenburgkrebsliga_ostschweizkrebsliga_schaffhausenkrebsliga_schweiz_dekrebsliga_schweiz_fr_einzeiligkrebsliga_schweiz_frkrebsliga_schweiz_itkrebsliga_solothurnkrebsliga_stgallen_appenzellkrebsliga_tessinkrebsliga_thurgaukrebsliga_waadtkrebsliga_wallis_dekrebsliga_wallis_frkrebsliga_zentralschweizkrebsliga_zuerichkrebsliga_zug
Rapport annuel de la Ligue suisse contre le cancer 2018

Science et recherche au service des patients

En 2018, le secteur Recherche, Innovation et Développement de la Ligue suisse contre le cancer a organisé notamment une conférence sur l’auto-efficacité numérique, mis sur pied une commission d’experts sur le dépistage du cancer et soutenu des projets de recherche prometteurs à hauteur de plus de 4 millions CHF – comme cette étude sur les séquelles à long terme du cancer chez les enfants.

Meilleure gestion du cancer grâce à des applications et à des sites internet
La numérisation de la médecine progresse inexorablement : les données médicales sont analysées et archivées électroniquement, et les sites internet et applications destinés à aider les personnes touchées à faire face à leur maladie se multiplient. Pour faire le point sur ce sujet d’actualité, la Ligue suisse contre le cancer a organisé le 8 février 2018 un symposium qui a réuni 200 participants. Cette conférence, intitulée « Digiself2018 – Digital self-efficacy » a permis à des développeurs et fournisseurs de présenter plusieurs applications numériques. En outre, des experts nationaux et internationaux de renom ont échangé des informations sur l’état actuel des connaissances. Différents résultats de recherche le montrent : lorsque les personnes touchées par le cancer peuvent valoriser leur expertise sur leur propre santé, par exemple en enregistrant elles-mêmes les effets secondaires de leur traitement, leur durée de vie moyenne augmente.

Organe d’experts pour le dépistage du cancer
Dans quels cas des investigations poussées sont-elles justifiées pour dépister un cancer ? Dans quels cas ces dépistages font-ils plus de bien que de mal ? Les questions sur le dépistage du cancer suscitent des discussions aussi bien au sein du grand public qu’entre experts.

Dans le cadre de la Stratégie nationale contre le cancer, la Ligue suisse contre le cancer a reçu le mandat de mettre sur pied un organe d’experts pour le dépistage. Cet organe a été créé en automne 2018 en collaboration avec de nombreux organismes. Oncosuisse, l’Office fédéral de la santé publique, la Conférence des directrices et directeurs cantonaux de la santé et Santé publique Suisse y sont notamment représentés. L’organe d’experts pour le dépistage « Cancer Screening Committee » traite des questions relatives au dépistage du cancer en formulant des recommandations scientifiquement fondées, équilibrées et indépendantes de tout intérêt particulier. Le professeur Marcel Zwahlen de l’Université de Berne préside ce comité de neuf experts en médecine, éthique, droit, épidémiologie, dépistage et économie. Le secrétariat a été confié à la Ligue suisse contre le cancer.

Les enfants ayant survécu au cancer gagnent moins que leurs frères et sœurs
Dans une étude parrainée par la Ligue suisse contre le cancer, le Registre suisse du cancer de l’enfant a comparé des enfants qui avaient été atteints de cancer à leurs frères et sœurs en bonne santé. L’étude s’est d’une part intéressée aux séquelles à long terme, montrant par exemple qu’environ 10 % des enfants survivants du cancer souffrent de problèmes d’audition, alors que seuls 3 % de leurs frères et sœurs en sont affectés. D’autre part, les chercheurs se sont également penchés sur les conséquences sociales et économiques de la maladie. Ainsi, ils ont découvert que les enfants ayant survécu à un cancer ont plus tard un revenu moyen inférieur à celui de leurs frères et sœurs : 41 % des anciens patients disposaient d’un revenu inférieur à 3000 francs par mois, un taux qui n’atteignait que 36 % chez les frères et sœurs en bonne santé. Pour les chercheurs, la question de savoir si ces différences de revenus sont dues au fait que les anciens patients choisissent des professions moins bien rémunérées que leurs frères et sœurs, ou si des séquelles à long terme – comme la fatigue chronique ou des problèmes de concentration – influent négativement sur leur scolarité et donc sur leur salaire, reste ouverte, et doit être clarifiée dans le cadre d’études complémentaires.

Plus de 4 millions de francs pour la recherche contre le cancer
La recherche est notre meilleur atout dans la lutte contre le cancer. C’est pourquoi la Ligue suisse contre le cancer s’engage dans la promotion de la recherche. En 2018, elle a ainsi apporté son soutien à 16 projets pour plus de 4 millions de francs.

Publication « La recherche sur le cancer en Suisse »
Chaque année, la Ligue suisse contre le cancer, les ligues cantonales contre le cancer et la fondation Recherche suisse contre le cancer publient conjointement le rapport « La recherche sur le cancer en Suisse » présentant les projets de recherche soutenus. Les chiffres, faits et analyses qui y sont mentionnés permettent de se faire une idée concrète de la manière dont sont investis les dons, tandis que les articles de fond offrent un aperçu de l’ambitieux et fascinant travail mené par les spécialistes de la recherche anticancéreuse.