krebsliga_aargaukrebsliga_baselkrebsliga_bernkrebsliga_bern_dekrebsliga_bern_frkrebsliga_freiburgkrebsliga_freiburg_dekrebsliga_freiburg_frkrebsliga_genfkrebsliga_glaruskrebsliga_graubuendenkrebsliga_jurakrebsliga_liechtensteinkrebsliga_neuenburgkrebsliga_ostschweizkrebsliga_schaffhausenkrebsliga_schweiz_dekrebsliga_schweiz_fr_einzeiligkrebsliga_schweiz_frkrebsliga_schweiz_itkrebsliga_solothurnkrebsliga_stgallen_appenzellkrebsliga_tessinkrebsliga_thurgaukrebsliga_waadtkrebsliga_wallis_dekrebsliga_wallis_frkrebsliga_zentralschweizkrebsliga_zuerichkrebsliga_zug
Rapport annuel de la Ligue suisse contre le cancer 2018

Médicaments anticancéreux

L’envol du prix des médicaments contre le cancer menace le système de santé helvétique – l’un des meilleurs du monde – et le principe de solidarité sur lequel il repose. Cette évolution vers une médecine où seuls quelques nantis pourront encore s’offrir des médicaments qui coûtent plusieurs centaines de milliers de francs va à l’encontre des valeurs de notre société.

L’égalité des chances et l’accès au meilleur traitement et à la meilleure prise en charge possibles pour toutes les personnes touchées par le cancer est une préoccupation majeure de notre organisation. Avec l’évolution démographique et les progrès réalisés dans le domaine du diagnostic et du traitement, le nombre de personnes qui vivent avec un cancer ne cesse d’augmenter. Selon les projections, la Suisse comptera près d’un demi-million de cancer survivors en 2030. Pour notre système de santé solidaire, le défi est de taille. Le coût exorbitant des thérapies contre le cancer nouvellement mises sur le marché constitue notamment un enjeu crucial. En Suisse comme ailleurs, le prix élevé des médicaments peut en effet conduire à un rationnement et compromettre l’accès au traitement qui devrait être garanti à toutes les personnes concernées. Dans le domaine des traitements hors étiquette notamment – c’est-à-dire les traitements qui ne sont pas (encore) autorisés ou qui sont utilisés pour une autre indication que celle qui était prévue à l’origine –, la réglementation actuelle en matière de remboursement entraîne aujourd’hui déjà des inégalités.

Il est impératif que les médicaments anticancéreux soient et restent abordables, aujourd’hui comme demain.