krebsliga_aargaukrebsliga_baselkrebsliga_bernkrebsliga_bern_dekrebsliga_bern_frkrebsliga_freiburgkrebsliga_freiburg_dekrebsliga_freiburg_frkrebsliga_genfkrebsliga_glaruskrebsliga_graubuendenkrebsliga_jurakrebsliga_liechtensteinkrebsliga_neuenburgkrebsliga_ostschweizkrebsliga_schaffhausenkrebsliga_schweiz_dekrebsliga_schweiz_fr_einzeiligkrebsliga_schweiz_frkrebsliga_schweiz_itkrebsliga_solothurnkrebsliga_stgallen_appenzellkrebsliga_tessinkrebsliga_thurgaukrebsliga_waadtkrebsliga_wallis_dekrebsliga_wallis_frkrebsliga_zentralschweizkrebsliga_zuerichkrebsliga_zug
Rapport annuel de la Ligue suisse contre le cancer 2017

Engagement politique

Abonnez la Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour savoir plus sur les sujets actuels liés au cancer, sur les offres courantes et sur nos manifestations.

* indications requises

Engagement politique en faveur des malades

En novembre 2017, il a été décidé de prolonger la Stratégie nationale contre le cancer (SNC) jusqu’en 2020. La SNC 2014-2020 vise à élaborer des solutions pour répondre aux défis dans les domaines de la prévention, de la prise en charge, du suivi et de la recherche contre le cancer en Suisse.

La SNC 2014-2017 a réuni les principaux acteurs afin de coordonner la lutte contre le cancer au niveau suisse. Une évaluation a permis d’analyser le travail effectué et la première phase a été achevée. Il en est ressorti que des progrès importants ont été accomplis dans divers projets, mais que la plupart des projets existants devaient être poursuivis sous l’égide de la SNC. Le Dialogue « Politique nationale de la santé» (Dialogue PNS) a également reconnu  ce  fait et la prolongation de la SNC a été décidée. En mai 2017, le Dialogue PNS a ainsi donné mandat à Oncosuisse d’élaborer un rapport sur la manière dont une deuxième phase permettrait de poursuivre la SNC jusqu’en 2020.

Phase II de la SNC jusqu’en 2020
En collaboration avec tous  les  chefs  de projet, Oncosuisse, ses institutions et d’autres parties prenantes, l’orientation et la hiérarchisation des projets ont également été établies en fonction des nouveaux développements. Entre août et octobre 2017, les résultats de ces larges discussions ont permis de rédiger un rapport sur la poursuite de la stratégie. En plus de la clarification des activités directement liées aux projets, des actions prioritaires ont été définies dans les trois axes prioritaires Prévention et dépistage, Prise en charge et suivi et Recherche et données pour les travaux jusqu’en 2020. Qualité, coordination, innovation – tels seront à l’avenir les mots clés du développement de tous les projets. Sous la nouvelle co-présidence des Drs Catherine Gasser et Michael Röthlisberger, les projets SNC seront harmonisés avec d’autres stratégies nationales dans le  domaine  de la santé et les responsables de projet seront soutenus dans la mise en œuvre. Par ailleurs, la communication à l’intention de la pratique et de la politique sera renforcée et plus ciblée.

Constitution d’une « cancer community» (communauté du cancer)
Le renforcement de  la  communauté suisse du cancer a été considéré comme la priorité absolue pour la phase suivante. La décision du Dialogue PNS permet d’échanger des connaissances et des résultats  au sein de la communauté du cancer, de regrouper les forces et les intérêts et de renforcer le réseau des différentes organisations. L’objectif final est de constituer une communauté du cancer qui englobe l’ensemble du discours social, scientifique et politique sur le cancer en Suisse et veille à ce que les résultats importants de la recherche et de la prise en charge soient perçus dans la pratique et la politique. La stratégie nationale devant être  achevée  en 2021, il s’agit de mettre en place aujourd’hui les conditions qui permettront à la communauté du cancer de décider et de mettre en œuvre des mesures allant dans le sens d’une prise en charge globale des intérêts des personnes malades. La planification de la mise en œuvre des activités sera effectuée jusqu’au mois de mars 2018.

Politique et affaires publiques
En 2017, les sujets suivants ont été abordés au niveau politique: les cancer survivors, la prévention du tabagisme et la protection de la jeunesse, l’égalité d’accès (en particulier en lien avec les traitements off-label), les soins palliatifs, les proches aidants, le  dépistage du cancer, le prix des médicaments, la lutte contre la pollution de l’air, la qualité de la prise en charge et des soins, l’e-health et l’enregistrement des maladies oncologiques en Suisse. L’enregistrement national et unifié des maladies oncologiques crée une bonne base de données pour une politique efficace de lutte contre le cancer, c’est pourquoi son ancrage juridique et sa mise en œuvre pratique effective revêtent une grande importance en matière de politique de la santé. En 2016, le Parlement a adopté la nouvelle Loi d’enregistrement des maladies oncologiques. De mai à septembre 2017, la consultation relative au droit d’exécution a eu lieu. Une prise de position a  été  élaborée en collaboration avec Oncosuisse, le Registre suisse du cancer de l’enfant et Swiss Cancer Screening. La Ligue suisse contre le cancer a salué l’orientation générale du projet d’ordonnance sur l’enregistrement des maladies oncologiques (OEMO) visant à harmoniser l’enregistrement des maladies oncologiques en Suisse et de  l’adapter aux exigences de la prise en charge oncologique. La saisie des données concernant le traitement et l’évolution de la maladie constitue un éléments principal permettant d’évaluer et d’optimiser à l’avenir la qualité de la prise en charge et des soins. Divers groupes de travail cherchent actuellement à établir des critères de qualité découlant des données de base et des données complémentaires saisies. Il est prévu que les nouvelles dispositions entrent en vigueur de manière échelonnée: celles qui s’adressent à la Confédération seront applicables dès le 15 mars 2018. Les autres dispositions doivent entrer en vigueur au 1er janvier 2019 – dans toute la Suisse, les maladies oncologiques seront enregistrées à partir de cette date. Une exigence de longue date de la Ligue contre le cancer sera ainsi satisfaite. A côté de l’OEMO,  la LSC a pris position dans diverses procédures d’audition et de consultation en 2017. De plus, des échanges intensifs ont eu lieu avec les partenaires alliés et un vaste réseau.