krebsliga_aargaukrebsliga_baselkrebsliga_bernkrebsliga_bern_dekrebsliga_bern_frkrebsliga_freiburgkrebsliga_freiburg_dekrebsliga_freiburg_frkrebsliga_genfkrebsliga_glaruskrebsliga_graubuendenkrebsliga_jurakrebsliga_liechtensteinkrebsliga_neuenburgkrebsliga_ostschweizkrebsliga_schaffhausenkrebsliga_schweiz_dekrebsliga_schweiz_fr_einzeiligkrebsliga_schweiz_frkrebsliga_schweiz_itkrebsliga_solothurnkrebsliga_stgallen_appenzellkrebsliga_tessinkrebsliga_thurgaukrebsliga_waadtkrebsliga_wallis_dekrebsliga_wallis_frkrebsliga_zentralschweizkrebsliga_zuerichkrebsliga_zug
Ligue contre le cancerMédiasCommuniqués de presseLe potentiel des anciens médicaments et des nouvelles techniques d’analyse

Le potentiel des anciens médicaments et des nouvelles techniques d’analyse

Dans la nouvelle édition du rapport « La recherche sur le cancer en Suisse », des chercheurs mettent en lumière les propriétés insoupçonnées de substances connues de longue date et les promesses que recèle l’analyse des cellules tumorales circulant dans le sang. Le rapport rend également compte des activités de la fondation Recherche suisse contre le cancer, de la Ligue suisse contre le cancer et des ligues cantonales et régionales contre le cancer dans le domaine de la promotion de la recherche.

D’anciens médicaments pratiquement tombés dans l’oubli peuvent parfois se révéler utiles dans de tout autres domaines de la médecine. Dans une étude clinique cofinancée par la Ligue contre le cancer, des chercheurs ont démontré que le nelfinavir, une substance qui faisait partie du traitement standard du VIH dans les années 1990 avant d’être remplacée par des médicaments plus efficaces contre le sida, donnait des résultats étonnants dans le traitement du myélome multiple. Dans son article, Christoph Driessen, responsable de l’étude et médecin-chef du service d’hémato-oncologie à l’Hôpital cantonal de Saint-Gall, cite d’autres exemples qui montrent que d’anciens médicaments constituent un trésor qu’il convient de mettre au jour dans le cadre de la recherche clinique.

La plupart des cancers déploient leurs effets mortels à partir du moment où ils forment des métastases. Les cellules tumorales dites circulantes, qui ont échappé jusqu’ici à la recherche en raison de leur faible quantité dans le sang, constituent l’une des premières étapes de ce processus. Les progrès de la technique permettent aujourd’hui d’analyser ces cellules au moyen de « biopsies liquides ». Dans son article, Nicola Aceto, qui dirige une équipe de chercheurs à l’Université de Bâle, revient sur les défis auxquels la science est confrontée actuellement. Mais pour lui et pour bien d’autres scientifiques, une chose est claire : l’avenir est aux biopsies liquides.

25,3 millions de francs pour 189 projets de recherche

Du potentiel – encore largement inexploité – que recèle l’utilisation d’anciens médicaments dans de nouvelles indications aux possibilités – que l’on commence à peine à entrevoir – de lire les signes de la maladie dans le sang des patients atteints de cancer : les articles de fond de la nouvelle édition du rapport La recherche sur le cancer en Suisse sont aussi instructifs que passionnants. Ils mettent également en lumière les besoins, peu étudiés jusqu’ici, des personnes qui ont survécu à un cancer durant leur enfance. Et ils expliquent en quoi le cancer du sein diffère chez les femmes jeunes et chez les patientes plus âgées. Le rapport rend également compte des activités de la fondation Recherche suisse contre le cancer, de la Ligue suisse contre le cancer et des ligues cantonales et régionales contre le cancer dans le domaine de la promotion de la recherche. Ensemble, ces institutions ont soutenu 189 projets de recherche différents l’an dernier pour un montant total de 25,3 millions de francs.

Le rapport est disponible gratuitement en version imprimée en français, allemand et anglais ; il peut également être téléchargé au format pdf à la page www.liguecancer.ch/rapportrecherche.