krebsliga_aargaukrebsliga_baselkrebsliga_bernkrebsliga_bern_dekrebsliga_bern_frkrebsliga_freiburgkrebsliga_freiburg_dekrebsliga_freiburg_frkrebsliga_genfkrebsliga_glaruskrebsliga_graubuendenkrebsliga_jurakrebsliga_liechtensteinkrebsliga_neuenburgkrebsliga_ostschweizkrebsliga_schaffhausenkrebsliga_schweiz_dekrebsliga_schweiz_fr_einzeiligkrebsliga_schweiz_frkrebsliga_schweiz_itkrebsliga_solothurnkrebsliga_stgallen_appenzellkrebsliga_tessinkrebsliga_thurgaukrebsliga_waadtkrebsliga_walliskrebsliga_wallis_dekrebsliga_wallis_frkrebsliga_zentralschweizkrebsliga_zuerichkrebsliga_zug
Ligue contre le cancerMédiasCommuniqués de presseCancer du sein : dépistage amélioré pour les femmes à haut risque

Cancer du sein : dépistage amélioré pour les femmes à haut risque

A compter du 15 juillet, les examens d’imagerie par résonance magnétique (IRM) effectués à des fins de dépistage chez les femmes qui présentent un risque familial élevé de cancer du sein seront remboursés par l’assurance-maladie obligatoire. Entre 30 et 40 ans, l’IRM permet une meilleure surveillance des femmes à risque que la mammographie. La Ligue contre le cancer est satisfaite que sa demande de prise en charge des coûts de cette prestation ait été acceptée.

Chaque année, on dénombre près de 5500 nouveaux cas de cancer du sein en Suisse. Sur ce nombre, 275 environ (soit 5 %) sont liés à une altération au niveau de gènes à haut risque qui augmente la probabilité de développer la maladie. On estime qu’en Suisse, 4000 à 5000 femmes sont porteuses d’une mutation génétique congénitale accroissant fortement leur risque de cancer du sein. Pour ces femmes, seule la mammographie est remboursée actuellement selon l’ordonnance sur les prestations de l’assurance des soins (OPAS). Or, chez les femmes jeunes, les mammographies sont souvent difficiles à interpréter en raison de la densité élevée du tissu mammaire. Entre 30 et 40 ans, l’IRM permet une meilleure surveillance, comme le montrent différentes études comparatives. Entre 40 et 50 ans l’IRM complète la mammographie.

Sur la base de ce constat, la Ligue suisse contre le cancer a déposé en début d’année une requête en vue d’ajouter l’IRM à la liste des prestations à charge de l’assurance obligatoire des soins, requête qui vient d’être acceptée. Elle a également demandé que les deux mesures de surveillance – mammographie et IRM – soient réalisées à moyen terme dans un cadre soumis à un contrôle de qualité. Il s’agit en effet de garantir que la prise en charge des femmes qui présentent un risque familial élevé de cancer du sein s’appuie sur des directives spécifiques, mais aussi de remédier aux excès ou aux insuffisances dans le domaine de la surveillance mammaire.