krebsliga_aargaukrebsliga_baselkrebsliga_bernkrebsliga_bern_dekrebsliga_bern_frkrebsliga_freiburgkrebsliga_freiburg_dekrebsliga_freiburg_frkrebsliga_genfkrebsliga_glaruskrebsliga_graubuendenkrebsliga_jurakrebsliga_liechtensteinkrebsliga_neuenburgkrebsliga_ostschweizkrebsliga_schaffhausenkrebsliga_schweiz_dekrebsliga_schweiz_fr_einzeiligkrebsliga_schweiz_frkrebsliga_schweiz_itkrebsliga_solothurnkrebsliga_stgallen_appenzellkrebsliga_tessinkrebsliga_thurgaukrebsliga_waadtkrebsliga_wallis_dekrebsliga_wallis_frkrebsliga_zentralschweizkrebsliga_zuerichkrebsliga_zug
Ligue contre le cancerA propos du cancerMon histoire avec le cancerMon histoire avec le cancer

Daniela – Fonder une famille malgré le cancer

Fonder une famille doit rester possible malgré le cancer

Abonnez la Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour savoir plus sur les sujets actuels liés au cancer, sur les offres courantes et sur nos manifestations.

* indications requises
Daniela Tschan

Les traitements contre le cancer augmentent le risque d’infertilité. Daniela Tschan, 24 ans, a toujours voulu avoir des enfants, une option qu’elle a pu conserver grâce à la congélation d’ovocytes. Grâce à l’engagement de la Ligue contre le cancer, les caisses maladie couvriront les frais à partir du 1er juillet 2019.

La chimiothérapie de Daniela Tschan a duré neuf mois… le temps d’une grossesse. Il y a environ quatre ans, un ostéosarcome de haut grade – une tumeur osseuse maligne – est découvert chez cette jeune fille alors âgée de 20 ans. Sa première question à l’oncologue : « Est-ce que je pourrai encore avoir des enfants malgré la chimiothérapie ? »

La possibilité de congeler des ovocytes l’a beaucoup rassurée, explique Daniela Tschan avec le recul. Avant la chimiothérapie, dix ovocytes non fécondés lui ont été prélevés à la  clinique gynécologique de l’Hôpital universitaire de Bâle et congelés avec des tissus ovariens. La congélation d’ovules fécondés est également possible. Même si la jeune femme était déjà en couple, elle explique que : « Nous avons décidé de ne pas recourir à cette dernière technique. En effet, nous étions encore jeunes et on ne sait jamais ce qui peut se passer après une maladie. »

Le désir d’avoir des enfants a un prix
Au moment où le diagnostic de cancer des os a été posé il y a quatre ans, les mesures de préservation de la fertilité existaient déjà, mais les coûts n’étaient alors pas pris en charge par les assurances maladie. À l’époque, Daniela venait tout juste de terminer son apprentissage de commerce et avait peu d’argent de côté. Elle a cependant eu la chance de bénéficier du soutien financier de ses parents. « Je leur suis infiniment reconnaissante de m’avoir aidée sans hésiter. Je n’aurais pas pu payer seule le prélèvement d’ovocytes et de tissus ovariens, dont le coût s’élevait à plusieurs milliers de francs ». La Ligue soleuroise contre le cancer a également apporté son soutien. Daniela Tschan a bénéficié des précieux conseils de la conseillère Barbara Aerni pour mieux gérer le quotidien. « Si j’ai des doutes, je contacte la ligue contre le cancer encore aujourd’hui. Et je la recommande lorsque quelqu’un a besoin d’aide par rapport au cancer. »

La vie continue
Daniela Tschan a toujours eu une idée claire de ce que serait sa vie : une belle célébration de mariage, avoir des enfants et emménager dans sa propre maison. Des projets de vie qui ont été bouleversés par le cancer. À cause de son ostéosarcome, l’articulation droite du genou et une partie de l’os de la cuisse ont dû être enlevées et remplacées par une prothèse. Depuis six mois, elle peut marcher normalement et bouger presque sans douleur. Elle a surmonté la maladie et est considérée comme guérie.

Cet épisode lui a beaucoup appris, relate la jeune femme : « Dans la vie, rien n’arrive sans raison. La maladie m’a rendue plus forte et j’ai appris à dire non ». En ce moment, elle profite pleinement de la vie retrouvée. « Je travaille de nouveau, voyage plus souvent et aime beaucoup sortir avec mes copines », dit-elle avec le sourire : « Quand je serai prête, j’espère tomber enceinte naturellement. Sinon, j’ai toujours une sauvegarde au congélateur. »

Un engagement important
La fertilité est une question importante pour les jeunes femmes touchées par le cancer. C’est pourquoi la Ligue contre le cancer s’est engagée dans des mesures de préservation de la fertilité. Pour Daniela Tschan, l’action de la Ligue contre le cancer dans ce domaine est pertinente et importante : « Après avoir survécu aux traitements et à la maladie, il doit être possible de mener une vie normale, et en particulier de fonder une famille ».