Ligue contre le cancerA propos du cancerLes différents types de cancerLes différents types de cancer

Les leucémies

Chaque année en Suisse, on dénombre quelque 900 nouveaux cas de leucémie (cancer du sang), ce qui représente environ 2,5 % de toutes les maladies cancéreuses. Les hommes sont un peu plus touchés que les femmes (57% contre 43%). Près de la moitié des patients ont 70 ans et plus au moment du diagnostic. Avec près d’un tiers de tous les cas, les leucémies constituent le cancer le plus fréquent chez l’enfant.

Les leucémies se forment à partir des précurseurs des globules blancs (leucocytes) :

  • Les leucémies lymphoïdes ou lymphoblastiques se développent à partir des précurseurs des lymphocytes.
  • Les leucémies myéloïdes ou myéloblastiques se développent à partir des précurseurs des granulocytes, plus rarement des globules rouges ou des plaquettes sanguines.
  • Elles peuvent être aiguës ou chroniques :
  • Les leucémies aiguës évoluent rapidement et doivent être traitées immédiatement.
  • Les leucémies chroniques progressent plus lentement.

En résumé, on a donc des leucémies aiguës lymphoïdes (LAL) ou myéloïdes (LAM), et des leucémies chroniques lymphoïdes (LCL) ou myéloïdes (LCM).

 

Facteurs de risque

Certains facteurs et certaines circonstances de vie peuvent augmenter le risque de leucémie, sans pour autant déclencher la maladie chez toutes les personnes concernées :

  • une exposition répétée ou durable à des produits chimiques (benzène, formaldéhyde, p. ex.), des substances médicamenteuses (cytostatiques, p. ex.) ou des rayonnements ionisants (rayons X) ;
  • des thérapies antérieures : dans de rares cas, il arrive que des personnes soignées par chimiothérapie ou radiothérapie pour un autre cancer développent tardivement une leucémie (leucémies dites secondaires) ;
  • des facteurs génétiques, même si leur rôle reste flou ; le risque de développer une leucémie peut être légèrement augmenté dans les familles touchées à plusieurs reprises par ce cancer ;
  • la trisomie 21 (syndrome de Down).

 

Symptômes

Les cellules cancéreuses se multiplient de façon incontrôlée. Elles prennent la place des cellules saines du sang et se disséminent dans tout l’organisme, ce qui entraîne les troubles suivants :

  • anémie : fatigue, pâleur, détresse respiratoire ;
  • tendance aux saignements : bleus, saignements de nez et des gencives, saignement prolongé en cas de blessure ;
  • sensibilité aux maladies infectieuses : fièvre, inflammations de la peau ou des muqueuses.

D’autres symptômes peuvent apparaître dans les organes touchés, par exemple des ganglions lymphatiques enflés, des tiraillements douloureux dans le foie et la rate ou des douleurs osseuses.

Diagnostic

Pour poser le diagnostic, il est nécessaire d’analyser très précisément le sang et la moelle osseuse, ce qui nécessite notamment un prélèvement de moelle osseuse sous anesthésie locale.

 

Traitement

Le traitement est choisi en fonction du type de leucémie et du stade de la maladie. Chaque forme de leucémie nécessite un mode de traitement spécifique. Les principales méthodes thérapeutiques sont :

  • les traitements médicamenteux: chimiothérapies, chimiothérapies à haute dose, thérapies ciblées, thérapie par anticorps ;
  • les greffes de cellules souches du sang. On fait la distinction entre:
  • les autogreffes (les cellules proviennent du patient lui-même) ;
  • les allogreffes (les cellules proviennent d’un donneur compatible) ;
  • la radiothérapie

Ces traitements sont appliqués seuls ou en association les uns avec les autres ; en principe, ils ne sont pas mis en place en même temps, mais les uns après les autres.

Certaines formes de leucémies chroniques ne nécessitent pas un traitement immédiat. Il suffit de procéder à des contrôles réguliers pour surveiller l’évolution de la maladie. On parle alors de surveillance active. Un traitement n’est mis en place qu’à partir du moment où la leucémie provoque des troubles.