krebsliga_aargaukrebsliga_baselkrebsliga_bernkrebsliga_bern_dekrebsliga_bern_frkrebsliga_freiburgkrebsliga_freiburg_dekrebsliga_freiburg_frkrebsliga_genfkrebsliga_glaruskrebsliga_graubuendenkrebsliga_jurakrebsliga_liechtensteinkrebsliga_neuenburgkrebsliga_ostschweizkrebsliga_schaffhausenkrebsliga_schweiz_dekrebsliga_schweiz_fr_einzeiligkrebsliga_schweiz_frkrebsliga_schweiz_itkrebsliga_solothurnkrebsliga_stgallen_appenzellkrebsliga_tessinkrebsliga_thurgaukrebsliga_waadtkrebsliga_walliskrebsliga_wallis_dekrebsliga_wallis_frkrebsliga_zentralschweizkrebsliga_zuerichkrebsliga_zug
Ligue contre le cancerA propos du cancerLes différents types de cancerLes différents types de cancer

Le cancer du corps de l’utérus

Chaque année en Suisse, on dénombre environ 900 nouveaux cas de cancer du corps de l’utérus (carcinome de l’endomètre, sarcome de l’utérus), ce qui représente quelque 5 % de toutes les maladies cancéreuses chez la femme. Le risque augmente fortement à partir de 50 ans : près de la moitié des patientes sont âgées de 50 à 69 ans au moment du diagnostic, 45 % ont 70 ans et plus.

Utérus et organes voisins
1. trompes de Fallope 2. ovaire 3. utérus 4. vagin 5. cavité é utérine 6. corps de l’utérus (couche musculaire) 7. muqueuse de l’utérus (endomètre) 8. museau de tanche

L’utérus est un organe en forme de poire situé dans le bas-ventre de la femme, dans lequel le fœtus poursuit son développement jusqu’à la naissance. Il se compose de deux parties : le corps (corps utérin) et le col (col utérin). Toutes deux peuvent être touchées par un cancer : le cancer du col de l’utérus se développe à partir des cellules du col utérin, alors que le cancer du corps utérin se forme généralement aux dépens de la muqueuse qui tapisse l’intérieur de l’utérus (endomètre). Plus rarement, il se développe à partir de la paroi musculaire de l’utérus (sarcome de l’utérus).


Facteurs de risque

On ignore les causes exactes du cancer de l’utérus. Certains facteurs semblent cependant augmenter le risque de développer la maladie :

  • le diabète ;
  • le tabagisme ;
  • des facteurs « prolongeant » l’action des œstrogènes sur le métabolisme : premières règles précoces, absence de grossesse, ménopause tardive ;
  • une forte surcharge pondérale (les cellules adipeuses produisent des œstrogènes) ;
  • un traitement hormonal de substitution pendant plusieurs années à la ménopause et après avec des œstrogènes, mais sans progestérone ;
  • un cancer du sein ou certaines hormonothérapies en vue de traiter un cancer du sein, celles-ci pouvant stimuler la croissance de l’endomètre ;
  • des facteurs héréditaires ;
  • des radiothérapies antérieures de la région pelvienne.

Symptômes

Aux stades précoces, le cancer du corps utérin ne provoque généralement aucun symptôme. Des saignements inhabituels ou des partes vaginales malodorantes peuvent être un premier signe d’alerte. En cas de saignement vaginal survenant après la ménopause, il est indispensable de consulter un médecin. Chez les femmes non ménopausées, des saignements entre les règles ou des règles anormalement fortes peuvent indiquer l’existence d’un cancer.

Diagnostic

Pour poser un premier diagnostic, le médecin procède tout d’abord à une échographie vaginale afin de visualiser l’utérus et les organes génitaux. Une endoscopie de l’utérus (hystéroscopie) est souvent réalisée en complément. Des échantillons de tissus de la muqueuse utérine peuvent être prélevés simultanément.

Traitement

En cas de suspicion de cancer du corps utérin, on procède pratiquement toujours à une opération. Si le diagnostic provisoire se confirme au cours de l’intervention, on enlève l’utérus en entier avec les trompes de Fallope et les ovaires, ce qui signifie que la patiente ne pourra plus avoir d’enfants.

Suivant l’extension de la maladie, une radiothérapie est mise en place après l’opération. Lorsque le risque de récidive est élevé ou que le cancer a déjà formé des métastases, une chimiothérapie ou une hormonothérapie peuvent également être envisagées.