Ligue contre le cancerA propos du cancerLes différents types de cancerLes différents types de cancer

Le cancer de l’intestin grêle

Chaque année en Suisse, on dénombre environ 170 nouveaux cas de cancer de l’intestin grêle, ce qui représente moins de 1 % de toutes les maladies cancéreuses. Il s’agit donc d’un cancer rare, qui touche un peu plus souvent les hommes (57 %) que les femmes (43 %). 90 % des patients ont plus de 50 ans au moment du diagnostic ; près de la moitié ont même 70 ans et plus.

Côlon, intestin grêle et rectum
1. gros intestin 2. intestin grêle

L’intestin grêle commence au niveau du pylore et se termine à la jonction avec le côlon. Il a pour fonction de poursuivre la digestion des aliments et d’absorber les nutriments.


Facteurs de risque

  • certaines maladies de l’appareil digestif, p. ex. maladie de Crohn ou maladie cœliaque ;
  • certaines maladies héréditaires de l’intestin, p. ex. cancer colorectal héréditaire sans polypose et polypose adénomateuse familiale (PAF) ;
  • habitudes alimentaires : elles pourraient jouer un rôle.


Symptômes

Le cancer de l’intestin grêle se développe sans provoquer de symptômes pendant une période prolongée. Des troubles non spécifiques tels que douleurs abdominales, nausées, vomissements, diarrhée ou constipation peuvent être dus à un cancer de l’intestin grêle, mais sont plus souvent liés à d’autres maladies de l’intestin. En présence de sang dans les selles, il est indispensable de consulter un médecin pour en rechercher l’origine.


Diagnostic

Pour établir le diagnostic, le médecin procède généralement aux examens suivants :

  • examens radiologiques (p. ex. scanner, radiographie après administration d’un produit de contraste et autres examens d’imagerie médicale) ;
  • échographie ;
  • gastroscopie : cet examen consiste à introduire un tube souple dans l’intestin grêle (endoscope) pour en visualiser l’intérieur. Des échantillons de tissus peuvent être prélevés simultanément pour des investigations complémentaires. L’analyse de ces prélèvements permet de confirmer ou d’exclure la présence d’un cancer.


Traitement

Le traitement du cancer de l’intestin grêle est toujours planifié de façon individuelle et adapté à chaque cas particulier. Il dépend de la taille de la tumeur et de son extension.

Les principales méthodes de traitement sont :

  • la chirurgie (opération) ;
  • la chimiothérapie ;
  • la radiothérapie.

Ces thérapies peuvent être appliquées seules ou combinées entre elles.


Le carcinoïde

Le carcinoïde est une tumeur dite neuroendocrine ; il se développe à partir de cellules qui sécrètent des hormones dans l’appareil gastro-intestinal ou dans d’autres organes. Le plus souvent, le carcinoïde se loge dans le caecum ou dans l’intestin grêle. Il provoque des bouffées de chaleur, des palpitations cardiaques, des douleurs abdominales et de la diarrhée.

Pour établir le diagnostic, le médecin effectue une prise de sang afin de déceler la présence de certaines hormones et de leurs produits de dégradation.

Pour traiter le carcinoïde, on a recours aux mêmes méthodes que pour les autres tumeurs de l’intestin grêle : chirurgie, chimiothérapie et/ou radiothérapie. Il est également possible d’administrer des médicaments qui inhibent la production des hormones.