Home
Autres langues | Médias | DE | IT |Contact chercher

Prévention et dépistage du cancer du col de l’utérus

Voici comment vous pouvez diminuer votre risque de développer un cancer du col de l’utérus.


© KLS

Prévention

Une infection chronique par certains types de papillomavirus humains (HPV) augmente le risque de cancer du col de l’utérus. Il est donc important de se protéger contre une infection à HPV.

Les papillomavirus humains se transmettent principalement par contact sexuel. Une bonne hygiène intime et l’usage de préservatifs lors des relations sexuelles peuvent diminuer le risque d’infection.

Pour les filles et les jeunes femmes de 11 à 26 ans, une vaccination est disponible contre les papillomavirus les plus dangereux.

Cependant, ni les mesures de prévention d’une infection à HPV ni la vaccination HPV n’offrent une protection à 100 %. Toute femme, qu’elle soit jeune ou moins jeune, vaccinée ou non, devrait donc se soumettre régulièrement à un dépistage.

Dépistage par frottis

Le frottis cervical est la méthode utilisée pour le dépistage du cancer du col de l’utérus ou de stades précurseurs d’un tel cancer. A l’aide d’une petite brosse ou coton-tige, le gynécologue prélève quelques cellules du col de l’utérus. Ce prélèvement est examiné en laboratoire aux fins de détecter d’éventuelles anomalies cellulaires, ce qui permet d’identifier des lésions précancéreuses.

Si les altérations cellulaires constatées sont de haut grade, les lésions doivent en principe être éliminées. Pour ce faire, différentes méthodes sont à disposition, parmi lesquelles la conisation, une technique chirurgicale consistant en l’ablation d’un fragment du col de l’utérus en forme de cône. Cette intervention préserve l’utérus. Les femmes qui ont une grossesse après une ablation de lésions précancéreuses présentent néanmoins un risque accru de fausse couche ou de naissance avant terme.

Lorsque des lésions précancéreuses sont éliminées, elles ne présentent plus de danger. De nouvelles lésions précancéreuses peuvent toutefois se former. Par conséquent, les femmes concernées devraient effectuer des frottis de contrôle à intervalles réguliers.

Le frottis cervical est une méthode de dépistage éprouvée. Toutefois, comme n’importe quel autre test, il peut donner lieu à des résultats erronés; c’est le cas lorsque des altérations pathologiques ne sont pas identifiées comme telles ou, inversement, lorsque des cellules normales sont jugées anormales.

L’assurance de base prend en charge les coûts des deux premiers examens gynécologiques, frottis cervical inclus, à une année d’intervalle. Si aucune anomalie des cellules du col de l’utérus n’est détectée, l’assurance de base rembourse aussi les frottis ultérieurs de dépistage réalisés tous les trois ans. Elle couvre également les frottis servant à clarifier des symptômes ou à assurer le suivi de résultats suspects.

La Ligue contre le cancer recommande aux femmes de se soumettre régulièrement à un frottis cervical.

A télécharger :
Cancer du col de l’utérus Se protéger et se faire dépister
24 pages, 2010
Brochure A7
pdf, 1.91 MB
Cancer du col de l’utérus et lésions précancéreuses Informations destinées aux femmes touchées et à leurs proches
48 pages, 2010
Brochure
pdf, 1.30 MB
Prévention et dépistage du cancer du col de l’utérus Informations destinées aux femmes jeunes et moins jeunes Document
pdf, 42 KB
Informations générales sur le cancer du col de l’utérus Informations sur le cancer du col de l’utérus et la vaccination PVH Feuille d'information
pdf, 33 KB