Home
Autres langues | Médias | DE | IT |Contact chercher

Myélome multiple (plasmocytome)

Chaque année en Suisse, environ 530 personnes développent un myélome multiple, ce qui correspond à environ 1 % de toutes les maladies cancéreuses. 56 % des personnes touchées sont des hommes, 44 % des femmes. Le myélome multiple est surtout une maladie liée à l’âge: 38 % des patients ont entre 50 et 69 ans au moment du diagnostic, 55 % ont 70 ans et plus.
Le myélome multiple est une forme particulière de lymphome non hodgkinien. Des cellules particulières du système immunitaire – appelées plasmocytes – se multiplient de façon très active. Les cellules cancéreuses forment de multiples amas de cellules dans la moelle osseuse, empêchent la formation normale des cellules sanguines et détruisent les os.
Modifications dans la moelle osseuse et dans les os
Les premiers symptômes d’un myélome multiple sont des troubles tels que fatigue, fortes sueurs nocturnes, perte de poids et parfois aussi douleurs osseuses ou fractures des os. La perturbation de la formation des cellules sanguines peut entraîner d’autres troubles, comme par exemple une anémie, une forte prédisposition aux maladies infectieuses ou une tendance aux hémorragies.

Pour poser le diagnostic, il faut rechercher dans le sang et dans l’urine la présence de diverses protéines spécifiques. Une biopsie de la moelle osseuse est réalisée afin de démontrer la présence de cellules cancéreuses directement dans la moelle osseuse. Des radiographies ou une tomographie informatisée permettent de représenter les anomalies typiques dans les os.
Chimiothérapie et transplantation de cellules souches
Le traitement du myélome multiple repose sur les corticoïdes, auxquels vient s'ajouter une chimiothérapie en règle générale. La maladie n’est pas guérie mais réprimée. Chez certains patients, une transplantation de cellules souches est également envisagée.

Si la maladie est encore à un stade très précoce, le traitement peut encore attendre dans certains cas; les valeurs sanguines du patient sont ensuite contrôlées à intervalles réguliers.