krebsliga_aargaukrebsliga_baselkrebsliga_bernkrebsliga_bern_dekrebsliga_bern_frkrebsliga_freiburgkrebsliga_freiburg_dekrebsliga_freiburg_frkrebsliga_genfkrebsliga_glaruskrebsliga_graubuendenkrebsliga_jurakrebsliga_liechtensteinkrebsliga_neuenburgkrebsliga_ostschweizkrebsliga_schaffhausenkrebsliga_schweiz_dekrebsliga_schweiz_fr_einzeiligkrebsliga_schweiz_frkrebsliga_schweiz_itkrebsliga_solothurnkrebsliga_stgallen_appenzellkrebsliga_tessinkrebsliga_thurgaukrebsliga_waadtkrebsliga_wallis_dekrebsliga_wallis_frkrebsliga_zentralschweizkrebsliga_zuerichkrebsliga_zug
Rapport annuel de la Ligue suisse contre le cancer 2019

Politique

Le cancer a des implications sociales, économiques, mais aussi politiques. En 2019, la Ligue contre le cancer a enregistré des succès.

Succès de l’engagement : congé pour les parents d’un enfant malade

Pour décharger les personnes exerçant une activité lucrative qui s’occupent d’un proche, le Conseil fédéral a adopté la Loi fédérale sur l’amélioration de la conciliation entre activité professionnelle et prise en charge de proches. Une nouveauté est que les parents ont droit à un congé de prise en charge de 14 semaines au plus si leur enfant est gravement atteint dans sa santé en raison d’une maladie ou d’un accident. Le congé de prise en charge doit être pris dans un délai de 18 mois, en une fois ou sous forme de journées, et est indemnisé via les allocations pour perte de gain. Les employé-e-s ont aussi un nouveau droit à un congé payé pour la prise en charge de courte durée d’un membre de la famille ou du/de la partenaire de trois jours au plus par cas et de dix jours au plus par an. Avec d’autres organisations, la Ligue contre le cancer s’est engagée dès le début pour ce projet dans le cadre de la Communauté d’intérêts « proches aidants ». Lors de la session d’hiver, le Parlement a approuvé les mesures prévues dans le projet de loi. Ce résultat positif n’est qu’une première étape dans la bonne direction. La prise en charge de longue durée n’est toujours pas résolue.

Protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac: dépôt de l’initiative

Vu le manque de détermination du Parlement à créer une loi sur les produits du tabac qui protège efficacement les jeunes, la Ligue suisse contre le cancer a lancé en 2018, en coopération avec d’autres organisations de santé, l’initiative populaire « Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac ». La population l’a largement soutenue et, le 12 septembre 2019, 113 500 signatures certifiées ont pu être remises à la Chancellerie fédérale. Début décembre, le Conseil fédéral a annoncé recommander le rejet de l’initiative. Il se déclare favorable à une limitation importante de la publicité pour le tabac, mais estime que l’initiative va trop loin. La Ligue suisse contre le cancer pense que des mesures strictes sont plus urgentes que jamais : 80 % des cas de cancer du poumon sont dus au tabagisme. Fumer multiplie également la probabilité de contracter un cancer de la cavité buccale, du larynx, de l’œsophage, du pancréas ou de la vessie, pour n’en citer que quelques-uns. Sachant que la plupart des fumeurs commencent avant l’âge de 18 ans, c’est là que la prévention doit intervenir. Ce groupe d’âge est particulièrement sensible à la publicité pour le tabac.

Médicaments contre le cancer : assurer l’égalité d’accès

Le débat sur l’égalité d’accès aux médicaments contre le cancer a pris une grande actualité politique en Suisse et a attiré l’attention des médias. Au centre des préoccupations en 2019, on trouve le prix élevé des médicaments ainsi que la pratique de remboursement de l’utilisation dite « hors étiquette » ou « off-label », c’est-à-dire en dehors de l’indication prévue. Environ un tiers des adultes et presque tous les enfants atteints d’un cancer sont soignés off-label. Ces traitements sont encore plus fréquents dans la médecine de précision moderne. L’ordonnance sur l’assurance-maladie (OAMal) prévoit qu’il faut faire une demande de prise en charge et que l’assureur-maladie évalue le cas particulier avant de prendre en charge les coûts, permettant ainsi à la personne concernée d'avoir accès à un traitement en général vital. Sachant que plus de 50 caisses-maladie existent actuellement en Suisse, ce système entraîne immanquablement des inégalités de traitement. Depuis juin 2019, l’OFSP réalise une évaluation des art. 71a–71d de l’OAMal. Il s’agit de vérifier l’état de leur application ainsi que leur adéquation et efficacité.

Grâce à la Ligue contre le cancer : l’assurance de base prend en charge les mesures de préservation de la fertilité

Les traitements du cancer accroissent le risque de stérilité. Dans le cadre de la procréation médicalement assistée, il est possible de prélever des cellules germinales (ovocytes chez la femme, spermatozoïdes chez l’homme) avant le début du traitement et de les congeler à très basse température pour les conserver à long terme. Jusqu’à présent, les personnes concernées devaient prendre les coûts en charge elles-mêmes, ce qui, en fonction de leur situation financière, pouvait s’avérer difficile. D’après des estimations, sur 1000 adolescents et jeunes adultes de moins de 40 ans nouvellement atteints d’un cancer, environ un tiers ont besoin de mesures de préservation de la fertilité. En coopération avec les sociétés médicales concernées, la Ligue contre le cancer a déposé auprès de la Commission fédérale des prestations générales et des principes une demande de prise en charge des coûts par l’assurance obligatoire des soins. Le Département fédéral de l’intérieur a donné son accord, de sorte que, depuis le 1er juillet 2019, les coûts de prélèvement, cryoconservation et stockage pendant cinq ans de tissus ovariens, ovocytes ou spermatozoïdes sont pris en charge.

Loi sur l’enregistrement des maladies oncologiques : améliorer la prise en charge de la population

La loi sur l’enregistrement des maladies oncologiques est entrée en vigueur début 2020. La Ligue contre le cancer s’est engagée pendant plus de 20 ans pour un relevé exhaustif des cas de cancer en Suisse et a accompagné les mesures de mise en œuvre de l’enregistrement des maladies oncologiques dans le cadre de projets de la Stratégie nationale contre le cancer. Du point de vue de l’oncologie, la nouvelle loi est capitale : l’enregistrement uniforme à l’échelle du pays va contribuer à optimiser la prise en charge du cancer pour la population suisse. Grâce aux données relevées, on pourra mieux comprendre les causes du cancer, mieux cibler la planification des mesures de dépistage et examiner leurs résultats, et tirer des conclusions sur la qualité de la prise en charge ou des traitements.

Thèmes supplémentaires