krebsliga_aargaukrebsliga_baselkrebsliga_bernkrebsliga_bern_dekrebsliga_bern_frkrebsliga_freiburgkrebsliga_freiburg_dekrebsliga_freiburg_frkrebsliga_genfkrebsliga_glaruskrebsliga_graubuendenkrebsliga_jurakrebsliga_liechtensteinkrebsliga_neuenburgkrebsliga_ostschweizkrebsliga_schaffhausenkrebsliga_schweiz_dekrebsliga_schweiz_fr_einzeiligkrebsliga_schweiz_frkrebsliga_schweiz_itkrebsliga_solothurnkrebsliga_stgallen_appenzellkrebsliga_tessinkrebsliga_thurgaukrebsliga_waadtkrebsliga_wallis_dekrebsliga_wallis_frkrebsliga_zentralschweizkrebsliga_zuerichkrebsliga_zug
Rapport annuel de la Ligue suisse contre le cancer 2018

Ligue jurassienne contre le cancer

Les directives anticipées sur scène

Un médecin-écrivain et quatre comédiens sont venus expliquer une des décisions les plus difficiles à prendre dans notre vie.

Décider soi-même de sa fin de vie, soit en s’inscrivant à Exit, Dignitas ou des organismes semblables, soit en rédigeant des directives anticipées qui rassemblent les dispositions de fin de vie, est un sujet de plus en plus discuté dans notre société.

On constate une disparité entre ce qu’en disent les médias et la réalité. D’après différentes enquêtes, seules 10 à 20 % des personnes potentiellement concernées ont précisé par écrit comment elles conçoivent la fin de leur vie.

S’ajoute encore une disparité significative entre nos régions linguistiques. En Suisse romande, beaucoup moins de personnes ont rédigé leurs directives anticipées qu’en Suisse alémanique. Nous constatons un certain besoin de rattrapage.

C’est dans cette perspective que différentes associations jurassiennes, dont la Ligue jurassienne contre le cancer, ont invité les « compagnies opale » et « Anadyomène » à présenter la pièce du Dr Eric Masserey intitulée « J’ai pas fini ». Cette pièce aborde les différentes problématiques et questions posées par les directives anticipées.

L’afflux de spectateurs nous a étonnés. Près de 500 personnes ont vu et apprécié le spectacle présenté lors de trois représentations données dans les trois districts de notre canton. Les spectateurs ont par ailleurs vivement pris part aux discussions qui suivaient les représentations. Les arguments pro et contra, le cadre juridique, la nécessité d’une précision accrue dans la formulation de sa volonté, une aide souhaitée par leur médecin de famille et leurs proches et, surtout, la difficulté à définir ses propres valeurs ont été largement abordés.

Ces soirées ont bénéficié d’un succès inattendu et ont prouvé, contrairement aux idées reçues, que les gens sont prêts à parler de ce qu’ils souhaitent pour la fin de leur vie.

Dr med. Hans-Jürgen Fischer, président