krebsliga_aargaukrebsliga_baselkrebsliga_bernkrebsliga_bern_dekrebsliga_bern_frkrebsliga_freiburgkrebsliga_freiburg_dekrebsliga_freiburg_frkrebsliga_genfkrebsliga_glaruskrebsliga_graubuendenkrebsliga_jurakrebsliga_liechtensteinkrebsliga_neuenburgkrebsliga_ostschweizkrebsliga_schaffhausenkrebsliga_schweiz_dekrebsliga_schweiz_fr_einzeiligkrebsliga_schweiz_frkrebsliga_schweiz_itkrebsliga_solothurnkrebsliga_stgallen_appenzellkrebsliga_tessinkrebsliga_thurgaukrebsliga_waadtkrebsliga_wallis_dekrebsliga_wallis_frkrebsliga_zentralschweizkrebsliga_zuerichkrebsliga_zug
Rapport annuel de la Ligue suisse contre le cancer 2018

Ligue contre le cancer de Suisse centrale

Les soins oncologiques à domicile se développent

Après une évaluation approfondie, les soins oncologiques à domicile de la Ligue contre le cancer de Suisse centrale ont démarré leurs activités en été 2018. 

Les soins oncologiques à domicile ont pour but de proposer un accompagnement initial aux patients oncologiques complexes suivis par leur médecin de famille et par des soins à domicile généralistes après leur sortie de l’hôpital. L’accent n’est pas mis sur les soins aux patients, mais sur la formation spécialisée des infirmières responsables des soins à domicile. Ainsi, des consignes spécifiques concernant les cathéters et les drains, mais aussi les besoins particuliers de chaque patient, peuvent être transmises à l’équipe chargée du suivi. L’expérience a montré que c’est précisément à l’interface entre l’hôpital et le domicile que le système de soins ambulatoires échoue et conduit à des réadmissions à court terme. Les soins oncologiques à domicile visent donc à combler cette lacune. En outre, ils restent également une référence pour les questions de soins qui peuvent sur-venir en fonction de l’évolution du cancer. 

Ce service, entièrement financé par la Ligue contre le cancer de Suisse centrale, a été lancé en tant que projet d’une année. la Ligue décidera ensuite, sur la base de son expérience, d’inclure ou non ce service dans son programme. Une attention particulière sera accordée au volume de la demande, aux frais de personnel et aux coûts. Nous aimerions également savoir comment le service est perçu par les associations locales de soins à domicile et les médecins généralistes et, bien sûr, par les patients. 

Le début du projet a été discret ; aucune communication à son sujet n’a été envoyée. Seuls les médecins de famille et les soins à domicile ont été informés par courrier. L’expérience des six premiers mois est prometteuse. De juin à novembre, 24 interventions ont été réalisées. Jusqu’à present, il n’y a eu aucune plainte de la part des médecins généralistes. Les retours du personnel des soins à domicile ont également été positifs ; le service est considéré comme très utile et n’est pas perçu comme une concurrence. Nous avons été particulièrement heureux de recevoir de nombreux retours positifs de la part des patients, qui sont au centre de nos préoccupations.

Dr med. Roland Sperb, président