krebsliga_aargaukrebsliga_baselkrebsliga_bernkrebsliga_bern_dekrebsliga_bern_frkrebsliga_freiburgkrebsliga_freiburg_dekrebsliga_freiburg_frkrebsliga_genfkrebsliga_glaruskrebsliga_graubuendenkrebsliga_jurakrebsliga_liechtensteinkrebsliga_neuenburgkrebsliga_ostschweizkrebsliga_schaffhausenkrebsliga_schweiz_dekrebsliga_schweiz_fr_einzeiligkrebsliga_schweiz_frkrebsliga_schweiz_itkrebsliga_solothurnkrebsliga_stgallen_appenzellkrebsliga_tessinkrebsliga_thurgaukrebsliga_waadtkrebsliga_wallis_dekrebsliga_wallis_frkrebsliga_zentralschweizkrebsliga_zuerichkrebsliga_zug
Rapport annuel de la Ligue suisse contre le cancer 2018

Ligue bernoise contre le cancer

Forte demande pour la consultation psycho-oncologique ambulatoire

Hausse du nombre de cas, hospitalisations plus courtes, contraintes de temps dans les hôpitaux et traitements individuels entraînent une demande croissante pour les consultations psycho-oncologiques ambulatoires à bas seuil de la Ligue bernoise contre le cancer.

La Ligue bernoise contre le cancer emploie trois travailleurs sociaux et deux spécialistes en soins infirmiers au bénéfice d’une formation complémentaire en conseil psycho-oncologique. Chaque année, nos conseillères et conseillers consacrent entre 4500 et 5000 heures aux consultations, pour environ 3000 entretiens. Environ 500 cas font l’objet d’un suivi régulier. En outre, deux collaborateurs externes suivent chaque année à domicile des enfants dans huit à dix familles dont l’un des parents est atteint d’un cancer. Des dons généreux et une contribution de l’Office fédéral des assurances sociales (sous-contrat avec la Ligue suisse contre le cancer) ont toujours permis de proposer ces consultations gratuitement à tous. La Ligue bernoise met tout en œuvre pour que les consultations débutent systématiquement en moyenne une semaine après le premier contact. Les consultations s’adaptent à la situation personnelle (seule ou en couple, soutien ou non de l’entourage, phase du cancer, etc.). La Ligue bernoise contre le cancer n’offre pas de traitements, mais s’efforce de renforcer les compétences dans la gestion du quotidien et de la maladie. La particularité de ce service réside dans le fait que les consultations sont ouvertes tant aux personnes touchées qu’à leurs proches et aux autres personnes de référence (collègues, supérieurs, enseignants, etc.). L’augmentation des cas de cancer, des changements dans les hôpitaux et des situations de vie de plus en plus complexes ont conduit à une demande croissante de consultations, qui a nécessité une nouvelle définition des priorités au sein de notre Ligue cette année. Ainsi, notre plan stratégique place désormais le domaine Conseil et soutien au premier rang des priorités (aux côtés du financement, de la recherche et de la prévention).

Dr pharm. Christine Aeschlimann Guggisberg, directrice