krebsliga_aargaukrebsliga_baselkrebsliga_bernkrebsliga_bern_dekrebsliga_bern_frkrebsliga_freiburgkrebsliga_freiburg_dekrebsliga_freiburg_frkrebsliga_genfkrebsliga_glaruskrebsliga_graubuendenkrebsliga_jurakrebsliga_liechtensteinkrebsliga_neuenburgkrebsliga_ostschweizkrebsliga_schaffhausenkrebsliga_schweiz_dekrebsliga_schweiz_fr_einzeiligkrebsliga_schweiz_frkrebsliga_schweiz_itkrebsliga_solothurnkrebsliga_stgallen_appenzellkrebsliga_tessinkrebsliga_thurgaukrebsliga_waadtkrebsliga_walliskrebsliga_wallis_dekrebsliga_wallis_frkrebsliga_zentralschweizkrebsliga_zuerichkrebsliga_zug
Ligue contre le cancerPrévenir le cancerMode de vie sainEviter les influences environnementales néfastesElectrosmogEviter les influences environnementales néfastes

Electrosmog

Electrosmog est un terme générique employé dans le langage courant pour désigner le rayonnement non ionisant généré par la technologie dans la gamme de fréquence située entre 0 hertz et 300 gigahertz. Dans la représentation graphique, les différents types de rayonnement électromagnétique sont classés en fonction de leur fréquence respective. 

Répercussions sur la santé :

Champs électromagnétiques basse fréquence

Les champs électromagnétiques basse fréquence sont présents au quotidien, émis par exemple par le sèche-cheveux, le téléviseur, le fer à repasser ou la perceuse. L’OMS a classé les champs électromagnétiques basse fréquence et haute fréquence comme « peut-être cancérogènes pour l’homme » (groupe 2B).
Ce classement repose sur les études les plus récentes et sur les évaluations globales d’études antérieures qui aboutissent à la conclusion unanime selon laquelle, à partir d’une charge moyenne de 0.4 µT sur une longue durée, les champs magnétiques présentent peut-être un risque de leucémie multiplié par deux chez l’enfant.

Les champs magnétiques basse fréquence ne sont pas classés à un niveau supérieur de cancérogénicité parce que les preuves scientifiques de facteurs cancérogènes ou de facteurs de risque ne ressortent pas suffisamment de l’expérimentation animale et que l’on ne connaît pas pour l’instant de mécanisme biologique qui pourrait permettre d’expliquer un effet cancérogène des champs magnétiques à ces faibles niveaux d’intensité. Etant donné que l’on ne peut pas démontrer en principe leur innocuité, la Ligue suisse contre le cancer recommande de faire preuve de prudence à l’égard des champs magnétiques basse fréquence.

Recommandations

Les êtres humains sont eux-mêmes responsables de la majeure partie de l’exposition aux champs électromagnétiques basse fréquence. Chacun d’entre nous peut réduire son exposition personnelle en prenant des mesures simples :

  • éteindre complètement les appareils électriques au lieu de les mettre en veille
  • débrancher les appareils électriques
  • ne pas installer d’appareils électriques à proximité des endroits où l’on aime séjourner
  • ne pas porter longtemps des appareils électriques sur le corps

 

Champs électromagnétiques haute fréquence

Les champs électromagnétiques de haute fréquence sont produits par des appareils d’usage quotidien, comme les téléphones mobiles ou autres téléphones sans fil, le wi-fi, les antennes de téléphonie mobile ou les émetteurs TV et radio. En mai 2011, l’OMS a classé les champs électromagnétiques de haute fréquence comme « peut-être cancérogènes » (groupe 2B), comme ceux de basse fréquence. Un groupe de travail constitué de plus de 30 scientifiques a évalué six études épidémiologiques, plus de 40 études chez l’animal et plusieurs études portant sur les éventuels mécanismes de la genèse du cancer.

Les experts sont arrivés à la conclusion que les études épidémiologiques portant sur les tumeurs cérébrales chez les utilisateurs de téléphone mobile montrent un risque limité que ceux-ci soient davantage touchés par le gliome (tumeur cérébrale la plus fréquente chez l’adulte) et le neurinome de l’acoustique (tumeur((LINK GLOSSAR)) du nerf qui assure l’audition et participe à l’équilibre). Quant aux autres types de cancer du cerveau (comme le méningiome) et aux autres sources de rayonnement à haute fréquence, le groupe de travail juge les données à disposition encore insuffisantes pour pouvoir se prononcer. Les études chez l’animal que les experts ont passées sous revue indiquent aussi, selon eux, que les indications de cancérogénicité sont limitées pour les champs électromagnétiques de haute fréquence. Enfin, les études mécanistes ne livrent, d’après les scientifiques, que de faibles indices selon lesquels ces champs puissent être à l’origine d’un risque accru de cancers.

Cette classification par l’OMS, ainsi que les incertitudes concernant les effets à long terme et les risques éventuels pour les enfants et les adolescents, incitent la Ligue suisse contre le cancer à recommander de ne s’exposer aux champs électromagnétiques de haute fréquence qu’avec retenue.

Recommandations aux possesseurs de téléphones portables :

On peut réduire l’exposition personnelle au rayonnement en prenant les mesures suivantes :

  • utiliser un dispositif mains libres pendant que l’on téléphone
  • téléphoner brièvement ou écrire un SMS
  • utiliser autant que possible le téléphone fixe