krebsliga_aargaukrebsliga_baselkrebsliga_bernkrebsliga_bern_dekrebsliga_bern_frkrebsliga_freiburgkrebsliga_freiburg_dekrebsliga_freiburg_frkrebsliga_genfkrebsliga_glaruskrebsliga_graubuendenkrebsliga_jurakrebsliga_liechtensteinkrebsliga_neuenburgkrebsliga_ostschweizkrebsliga_schaffhausenkrebsliga_schweiz_dekrebsliga_schweiz_fr_einzeiligkrebsliga_schweiz_frkrebsliga_schweiz_itkrebsliga_solothurnkrebsliga_stgallen_appenzellkrebsliga_tessinkrebsliga_thurgaukrebsliga_waadtkrebsliga_walliskrebsliga_wallis_dekrebsliga_wallis_frkrebsliga_zentralschweizkrebsliga_zuerichkrebsliga_zug
Ligue contre le cancerPrévenir le cancerDépistage et prévention du cancerCancer du col de l'utérusVaccination HPVCancer du col de l'utérus

Vaccination HPV

Abonnez le Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour savoir plus sur les sujets actuels liés au cancer, sur les offres courantes et sur nos manifestations.

* indications requises

Les infections transmises par le virus du papillome humain (VPH, PVH ou Human papillomavirus ou HPV en anglais) font partie des infections sexuellement transmissibles les plus courantes. La plupart des infections guérissent spontanément sans séquelles. Certaines peuvent toutefois devenir chroniques et entraînent alors un risque accru de cancers du col de l’utérus, de l’anus, de la bouche et du pharynx, ainsi que de cancer du pénis.

On connaît plus de cent types de HPV désignés par différents numéros. On distingue les HPV « high risk » (à haut risque) et « low risk » (à bas risque).

  • Les HPV « low risk » (dont les types 6 et 11) peuvent être à l’origine de verrues génitales (condylomes).
  • Les HPV « high risk » peuvent être sources de cancer. Les types 16 et 18 sont particulièrement cancérigènes.

La vaccination contre les papillomavirus humains protège de certains types de virus HPV. Il existe deux vaccins différents :

  • Le Gardasil® protège contre les HPV 6, 11, 16 et 18.
  • Le Cervarix® protège contre les HPV 16 et 18.

Les HPV 6 et 11 peuvent être à l’origine de verrues génitales (condylomes).

Les HPV 16 et 18 sont cancérigènes et sont responsables de plus de 70 % des cancers du col de l’utérus.

Pour offrir une protection optimale, la vaccination doit dans l’idéal intervenir avant les premiers rapports sexuels. Elle est inefficace contre les infections à HPV préexistantes. La protection vaccinale a été démontrée pour une période de dix ans au minimum. On ignore si elle s’étend au-delà, car on manque encore du recul et de l’expérience nécessaires.

La Commission fédérale pour les vaccinations recommande la vaccination HPV comme vaccination de base pour toutes les filles âgées de 11 à 14 ans et comme vaccination « de rattrapage » pour les jeunes femmes de 15 à 19 ans. Elle la recommande à titre de vaccination complémentaire pour les jeunes femmes de 20 à 26 ans et pour les garçons et les jeunes hommes de 11 à 26 ans.

Dans le cadre des programmes de vaccination cantonaux, la vaccination effectuée conformément à ces recommandations est gratuite pour les filles et femmes et pour les garçons et jeunes hommes de 11 à 26 ans.

Vous trouverez de plus amples informations sur la vaccination HPV ici :

Quelle est la position de la Ligue contre le cancer au sujet de la vaccination ?

La Ligue contre le cancer salue cette avancée dans la prévention du cancer du col de l’utérus.

Il est important que les filles et les femmes vaccinées se soumettent elles aussi régulièrement à un frottis cervical, car la vaccination ne protège pas contre tous les HPV susceptibles de provoquer un cancer du col de l’utérus.