krebsliga_aargaukrebsliga_baselkrebsliga_bernkrebsliga_bern_dekrebsliga_bern_frkrebsliga_freiburgkrebsliga_freiburg_dekrebsliga_freiburg_frkrebsliga_genfkrebsliga_glaruskrebsliga_graubuendenkrebsliga_jurakrebsliga_liechtensteinkrebsliga_neuenburgkrebsliga_ostschweizkrebsliga_schaffhausenkrebsliga_schweiz_dekrebsliga_schweiz_fr_einzeiligkrebsliga_schweiz_frkrebsliga_schweiz_itkrebsliga_solothurnkrebsliga_stgallen_appenzellkrebsliga_tessinkrebsliga_thurgaukrebsliga_waadtkrebsliga_wallis_dekrebsliga_wallis_frkrebsliga_zentralschweizkrebsliga_zuerichkrebsliga_zug
Ligue contre le cancerMédiasCommuniqués de presseLes « bonnes pratiques » d’influence de l’industrie du tabac en Suisse

Les « bonnes pratiques » d’influence de l’industrie du tabac en Suisse

Vendredi passé, le Conseil fédéral a ouvert la consultation pour le deuxième projet de loi fédérale sur les produits du tabac (LPTab). La Suisse se situe en queue de classement des pays d'Europe en matière de réglementation des produits du tabac. Un décalage qui s’explique notamment par des pratiques d’influence des cigarettiers qui minent les efforts de prévention. Le Centre d’information pour la prévention du tabagisme du canton de Vaud (CIPRET-Vaud), l’Association Suisse pour la prévention du tabagisme (AT), la Ligue suisse contre le cancer (LSC) et l'Associazione svizzera di non fumatori (ASN) présentent un film d’animation pour sensibiliser les acteurs de santé publique, la population et les politiques à ces tactiques bien rôdées.

Lausanne, le 12.12.2017 - Parmi les raisons qui expliquent l’importance du tabagisme figure l’influence que l’industrie du tabac exerce sur les politiques publiques. Lobbying politique, utilisation de l’argument économique et alliances avec des organisations tierces, intrusion dans la recherche et désinformation, développement d’activités «socialement responsables» – autant de tactiques mise en oeuvre par cette industrie pour bloquer les mesures de prévention et protéger ainsi ses intérêts au détriment de ceux de santé publique. Ces méthodes influencent les responsables politiques, les médias, les consommateurs et le grand public. Le CIPRET-Vaud s’est penché sur la thématique dans le cadre d’un projet de veille des modes d’influence de l’industrie du tabac. Au final, le constat est sans appel : la Suisse n’est pas épargnée ! Pour preuve, fin 2016, le Parlement a refusé le premier projet qui prévoyait entre autres des restrictions en matière de publicité, en demandant une loi interférant moins avec l’économie de marché. Comment expliquer cette opposition farouche de la part de la majorité de nos parlementaires sur une question de santé publique?


Nouvel angle de discussions

D’avis que cette thématique est un enjeu public encore trop peu abordé, le CIPRET-Vaud en collaboration avec l’Association suisse pour la prévention du tabagisme (AT), la Ligue suisse contre le cancer (LSC) et l'Associazione svizzera di non fumatori (ASN) a décidé de lancer le débat autour des pratiques d’influence de l’industrie du tabac en Suisse par le biais d’un court film d’animation, et ce, en pleine période de consultation publique sur le nouveau projet de LPTab. Un projet de loi dans lequel la santé de l’économie semble primer sur celle des individus, puisque quasi aucune restriction en matière de publicité pour les produits du tabac n’est prévue.


Exemples concrets

Des badges d’accès au Parlement fédéral attribués sans transparence quant à l’affiliation réelle des lobbyistes, des arguments économiques martelés par des organisations tierces porte-paroles des cigarettiers, des intrusions dans la recherche scientifique comme cela a été récemment le cas à l’Université de Zurich à propos du paquet de cigarettes neutre, la présence de groupes cigarettiers avec des stands extrêmement attractifs dans des festivals tels que Paléo et Montreux Jazz Festival, ou encore le financement d’oeuvres d’entraide comme c’est le cas de Pro Senectute Lucerne par Japan Tobacco International, font partie des quelques exemples de pratiques d’influence utilisées par l’industrie du tabac en Suisse.

Ces tactiques ont un réel impact sur la consommation du tabac dans la mesure où elles poussent les décideurs, les médias, les consommateurs et le grand public à sous-estimer le problème du tabagisme et freinent ainsi l’adoption de politiques efficaces pour lutter contre la première cause de mort évitable. En Suisse, encore 9500 décès par année sont recensés!


Vidéo factuelle

Le poussin, figure de l’innocence, contraste volontairement avec la face cachée de l’industrie du tabac, à savoir le déploiement de tactiques cyniques (mais légales) dont le but principal est de pérenniser le tabagisme au nom du profit. En effet, derrière une apparence soignée et sympathique, l’industrie du tabac est responsable d’effets sur la santé publique beaucoup plus sombres, comme l’illustre le nuage de fumée qui vient griser chaque fin de scène. Composée de cinq tableaux, la courte vidéo, traduite en allemand et italien, cherche à questionner le citoyen sur ces tactiques : est-ce acceptable ? A lui de juger ! Quelques pistes d’action sont ensuite proposées sur influence-tabac.ch.


Convention-cadre de l’OMS

La Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac édicte les mesures efficaces pour réduire durablement le tabagisme à l’échelle mondiale. Parmi elles, on compte l’augmentation du prix du tabac ou encore l’interdiction de toute forme de publicité.

L’article 5.3 précise que lors de la mise en oeuvre de politiques de santé publique relatives à la lutte antitabac, les Parties devront « mettre tous les moyens en oeuvre pour protéger ces politiques contre les intérêts commerciaux et autres de l’industrie du tabac, conformément à la législation nationale en vigueur. » En quoi l’article 5.3 est-il si important ? Les intérêts commerciaux de l’industrie du tabac sont incompatibles avec les objectifs en matière de santé publique ; le tabac tue un consommateur sur deux.

En tant que signataire de la CCLAT et ayant à plusieurs reprises exprimé l’intention de la ratifier, la Suisse doit prendre des mesures afin de prévenir l’ingérence de l’industrie du tabac dans ses politiques publiques. De plus amples recherches sont cependant nécessaires dans notre pays pour identifier, mieux comprendre et surtout rendre transparentes et visibles les pratiques d’influence de l’industrie sur les politiques de prévention du tabagisme.

Exemples des quelques pays restants qui n’ont pas encore ratifié la CCLAT : Haïti, Maroc, États-Unis d’Amérique, Cuba, Andorre, Monaco, Lichtenstein, Suisse.

 

Pages internet

www.influence-tabac.ch 
www.beeinflussung-tabak.ch 
www.influenza-tabacco.ch 

 

Contacts

Karin Zürcher, responsable du CIPRET-Vaud - Français
karin.zurcher@prosv.ch - 021 623 37 60 – 078 690 30 54

Verena El Fehri, directrice de l’Association suisse pour la prévention du tabagisme – Deutsch / Italiano

verena.elfehri@at-schweiz.ch – 031 599 10 21– 079 709 04 60

Flavia Nicolai, chargée de communication, Ligue suisse contre le cancer – Deutsch
flavia.nicolai@krebsliga.ch - 031 389 94 13

Alberto Polli, président de l'Associazione svizzera di non fumatori (ASN) – Italiano
asnf@swissonline.ch – 091 940 44 45 - 079 240 01 01

Thèmes supplémentaires