krebsliga_aargaukrebsliga_baselkrebsliga_bernkrebsliga_bern_dekrebsliga_bern_frkrebsliga_freiburgkrebsliga_freiburg_dekrebsliga_freiburg_frkrebsliga_genfkrebsliga_glaruskrebsliga_graubuendenkrebsliga_jurakrebsliga_liechtensteinkrebsliga_neuenburgkrebsliga_ostschweizkrebsliga_schaffhausenkrebsliga_schweiz_dekrebsliga_schweiz_fr_einzeiligkrebsliga_schweiz_frkrebsliga_schweiz_itkrebsliga_solothurnkrebsliga_stgallen_appenzellkrebsliga_tessinkrebsliga_thurgaukrebsliga_waadtkrebsliga_walliskrebsliga_wallis_dekrebsliga_wallis_frkrebsliga_zentralschweizkrebsliga_zuerichkrebsliga_zug
Ligue contre le cancerMédiasCommuniqués de presseUn million de francs pour quatre projets de recherche sur des cancers rares

Un million de francs pour quatre projets de recherche sur des cancers rares

Thoune, le 26 octobre 2016 – Cette année, le Swiss Bridge Award est attribué à deux scientifiques belges et deux scientifiques suisses. Jan Cools, Pieter Van Vlierberghe, Christian Mosimann et Sara Meyer reçoivent 250 000 francs chacun pour la réalisation de leurs projets de recherche.

Cette année, à l’occasion de son 20e anniversaire, la fondation Swiss Bridge a multiplié le montant du prix par deux. Il était consacré cette année à la recherche sur les cancers rares. On entend par là des maladies qui touchent moins de six personnes sur 100 000 et qui sont souvent non seulement mal connues, mais aussi difficiles à soigner.

226 scientifiques au total avaient déposé leurs propositions de projets pour se porter candidats au Swiss Bridge Award. Dans le cadre d’un processus d’évaluation en deux étapes, un jury composé de treize experts de renom s’est finalement décidé pour deux projets de recherche en Belgique et deux en Suisse qui vont recevoir 250 000 francs chacun. La cérémonie de remise du prix a lieu aujourd’hui au château de Schadau à Thoune.

Analyse des processus inhérents à la maladie

Les deux projets belges portent sur la leucémie lymphoblastique aiguë à cellules T (LLA T), une forme rare de cancer du sang. Au cours des 50 dernières années, le traitement de la LLA T a fait des progrès notables, de sorte qu’environ huit patients sur dix – des patients jeunes le plus souvent – sont aujourd’hui soignés avec succès. Mais dans 20% des cas de ce cancer chez l'enfant ainsi que dans de nombreux cas chez les personnes plus âgées, les patients ont des perspectives lugubres. L’équipe de Jan Cools de l’Université de Louvain entend approfondir l’analyse des processus inhérents à la maladie au cœur des cellules T cancéreuses pour découvrir de nouvelles approches de traitement.

L’équipe de Pieter Van Vlierberghe de l’Université de Ghent s’intéresse quant à elle surtout aux processus épigénétiques qui jouent un rôle dans l’apparition et l’évolution des cellules leucémiques. Les chercheurs ont récemment montré que la survie des cellules leucémiques pouvait être empêchée par une substance active dirigée contre une protéine appelée LSD1. Cette protéine influence la densité d’emballage du patrimoine génétique dans le noyau cellulaire et donc aussi quels gènes vont être lus avec quelle intensité. Dans son nouveau projet, Pieter Van Vlierberghe veut, à partir des résultats obtenus jusqu’à présent, mieux étudier le potentiel thérapeutique des inhibiteurs de LSD1.

Ressemblances entre l’être humain et le poisson zèbre

En Suisse, le projet de Christian Mosimann et son équipe de l’Université de Zurich a remporté la course. Les chercheurs étudient les mécanismes moléculaires d’apparition des chordomes. Les chordomes sont des tumeurs rares à croissance lente qui se développent à partir des reliquats de la notochorde, la structure qui préfigure la colonne vertébrale chez l’embryon. L’équipe de Christian Mosimann a découvert que les chordomes du poisson zèbre ressemblent en bien des points à ceux de l’être humain. Dans leur nouveau projet, les chercheurs veulent à présent utiliser ce modèle animal pour élucider l’évolution de la maladie et identifier des points d’attaque thérapeutiques potentiels.

Enfin, le projet de Sara Meyer et son équipe de l’hôpital universitaire de Bâle est un autre lauréat du Swiss Bridge Award. Les chercheurs veulent dépister les processus caractéristiques des néoplasies myéloprolifératives. Il s’agit de maladies chroniques rares du système hématopoïétique susceptibles de donner naissance à une leucémie myéloïde aiguë. Sara Meyer et ses collègues ont découvert dans des travaux précédents que les cellules anormales présentent des voies de signalisation supplémentaires, responsables des échecs thérapeutiques trop souvent observés. Dans leur projet, ils recherchent si un traitement interrompant en même temps deux voies de signalisation complémentaires pourrait avoir un meilleur taux de réussite.

La fondation Swiss Bridge a été créée il y a 20 ans sur l’initiative de Thomas Hoepli (ancien secrétaire général et membre actuel du conseil de fondation) avec le soutien de la Ligue suisse contre le cancer. Elle a pour but de soutenir financièrement, avec l’aide de fondations et de donateurs privés, des projets de recherche de haute qualité consacrés à la lutte contre le cancer. Depuis sa création, la fondation Swiss Bridge a récolté plus de 30 millions de francs pour soutenir des projets de recherche en Allemagne, en Belgique, au Brésil, en Espagne, en France, en Israël, en Italie, en Norvège, au Royaume-Uni, en Suède et en Suisse.

Interlocuteurs pour plus de renseignements :

Informations sur la Fondation
Thomas Hoepli
Directeur
SWISS BRIDGE Foundation
Tél. +41 (0)43 317 13 60
info@swissbridge.ch
www.swissbridge.ch

Informations sur les projets de recherche :
Dr Rolf Marti
Responsable du secteur Recherche, innovation & développement
Ligue suisse contre le cancer
Tél. +41 (0)31 389 91 45
rolf.marti@liguecancer.ch
www.liguecancer.ch


Thèmes supplémentaires