krebsliga_aargaukrebsliga_baselkrebsliga_bernkrebsliga_bern_dekrebsliga_bern_frkrebsliga_freiburgkrebsliga_freiburg_dekrebsliga_freiburg_frkrebsliga_genfkrebsliga_glaruskrebsliga_graubuendenkrebsliga_jurakrebsliga_liechtensteinkrebsliga_neuenburgkrebsliga_ostschweizkrebsliga_schaffhausenkrebsliga_schweiz_dekrebsliga_schweiz_fr_einzeiligkrebsliga_schweiz_frkrebsliga_schweiz_itkrebsliga_solothurnkrebsliga_stgallen_appenzellkrebsliga_tessinkrebsliga_thurgaukrebsliga_waadtkrebsliga_walliskrebsliga_wallis_dekrebsliga_wallis_frkrebsliga_zentralschweizkrebsliga_zuerichkrebsliga_zug
Ligue contre le cancerLa rechercheRécompensesPrix Robert WennerRécompenses

Prix Robert Wenner

Grâce à un legs de Robert Wenner, gynécologue bâlois décédé en 1979, la Ligue suisse contre le cancer peut remettre le Prix Robert Wenner, doté d’un montant de 100 000 francs, à de jeunes chercheuses et chercheurs de moins de 45 ans en guise de récompense pour l’excellence de leurs travaux. Peuvent être primés les travaux réalisés en Suisse et touchant tout le domaine de la recherche oncologique. Le prix a été décerné la première fois en 1983.

La Commission scientifique examine les candidatures et désigne le lauréat. Celui-ci reçoit 80 000 francs à titre de contribution à un projet de recherche en cours et 20 000 francs dont il peut disposer librement. 

  • Lauréat Mikael Pittet 
  • Prof. Dr Mikael Pittet, Prof. Dr med. Pedro Romero 
  • Prof. Dr med. Pedro Romero, Prof. Dr med. Jakob Passweg, Prof. Dr Mikael Pittet, Prof. Dr Nancy Hynes 

Mikael Pittet reçoit le prix Robert Wenner 2016

La Ligue contre le cancer décerne ce jour le prix Robert Wenner, doté de 100 000 francs, à Mikael Pittet. Les travaux du biologiste suisse basé à Boston alimentent l’espoir d’immunothérapies efficaces chez les personnes atteintes de cancer chez qui elles restent encore sans effet aujourd’hui.

L’immunothérapie, qui recouvre les traitements visant à stimuler le système immunitaire pour qu’il s’attaque aux cellules cancéreuses, est l’un des grands espoirs de la lutte moderne contre le cancer. L’utilisation depuis 2011 d’une nouvelle catégorie de médicaments – les inhibiteurs de points de contrôle immunitaire – a entraîné une très nette amélioration chez de nombreuses personnes atteintes d’un cancer avancé de la peau ou du poumon dont le pronostic était jusque-là défavorable.

Rendre les tumeurs résistantes sensibles au traitement

Chez environ 20 % des patientes et patients, le traitement de quelques mois semble induire non seulement une régression de la tumeur, mais encore un contrôle du cancer par le système immunitaire pendant plusieurs années. Mais chez la majorité des personnes concernées, les inhibiteurs de points de contrôle immunitaire restent impuissants. C’est là qu’interviennent les résultats publiés récemment (*) par l’équipe de chercheurs placée sous la direction de Mikael Pittet au Massachusetts General Hospital, aux Etats-Unis: dans le cadre d’essais sur des souris, les chercheurs ont mis en évidence un moyen de rendre des tumeurs résistantes sensibles à une immunothérapie.

Une nouvelle classe de cellules immunitaires

Mikael Pittet s’est également fait remarquer par la découverte, publiée dans la revue spécialisée Science (**), d’un nouveau groupe de cellules immunitaires qui interceptent les signaux émis par la tumeur dans les ganglions lymphatiques et qui peuvent ainsi empêcher la progression de la maladie. Il s’agit à présent de mettre au point des stratégies thérapeutiques pour soutenir et renforcer ce groupe de cellules immunitaires, déclare le biologiste de 41 ans, né et formé à Lausanne. La Ligue suisse contre le cancer lui attribue le prix Robert Wenner, doté de 100 000 francs, pour ses travaux remarquables, dont les résultats ouvrent de nouvelles perspectives. La cérémonie de remise du prix se déroulera ce soir à Berne.

(*) Pfirschke C, Engblom C, Rickelt S, et al. Immunogenic Chemotherapy Sensitizes Tumors to Checkpoint Blockade Therapy. Immunity. 2016 ; 44:343-54.

(**) Pucci F, Garris C, Lai CP, et al. SCS macrophages suppress melanoma by restricting tumor-derived vesicle-B cell interactions. Science. 2016 ; 352:242-6.