krebsliga_aargaukrebsliga_baselkrebsliga_bernkrebsliga_bern_dekrebsliga_bern_frkrebsliga_freiburgkrebsliga_freiburg_dekrebsliga_freiburg_frkrebsliga_genfkrebsliga_glaruskrebsliga_graubuendenkrebsliga_jurakrebsliga_liechtensteinkrebsliga_neuenburgkrebsliga_ostschweizkrebsliga_schaffhausenkrebsliga_schweiz_dekrebsliga_schweiz_fr_einzeiligkrebsliga_schweiz_frkrebsliga_schweiz_itkrebsliga_solothurnkrebsliga_stgallen_appenzellkrebsliga_tessinkrebsliga_thurgaukrebsliga_waadtkrebsliga_walliskrebsliga_wallis_dekrebsliga_wallis_frkrebsliga_zentralschweizkrebsliga_zuerichkrebsliga_zug
Ligue contre le cancerLa rechercheRécompensesPrix de la Ligue suisseRécompenses

Prix de la Ligue suisse

Le Prix de la Ligue suisse contre le cancer rend hommage aux personnalités qui se sont distinguées par des travaux de recherche exceptionnels ou qui se sont illustrées dans l’encouragement d’activités scientifiques dans le domaine de la prévention, du dépistage ou de la lutte contre le cancer. Cette distinction constitue également une reconnaissance du travail méritoire accompli pour la Ligue suisse contre le cancer et la poursuite de ses objectifs. Ce prix est doté d’un montant de 10 000 francs; il est en règle générale décerné chaque année.

  • Lauréat Dr med. Walter Felix Jungi 
  • Prof. Dr med. Jakob Passweg, Dr med. Walter Felix Jungi, Dr med. Hans Neuenschwander 

Walter Felix Jungi remporte le Prix 2016 de la Ligue suisse contre le cancer

Le Prix de la Ligue suisse contre le cancer est décerné cette année au Dr med. Walter Jungi pour son précieux soutien et son travail inlassable au domaine complexe et controversé des méthodes parallèles et complémentaires en cas de cancer.

Etudes cliniques rares

Le nombre de patients atteints de cancer en Suisse qui recourent à des méthodes parallèles et complémentaires est connu seulement approximativement. Selon les estimations, entre 30 % et 50 % des patients feraient appel à la médecine complémentaire. De nombreuses personnes touchées font état d’une amélioration de leur qualité de vie lorsqu’elles recourent à une méthode subsidiaire comme les injections de gui en complément à une chimiothérapie. Les études cliniques sur le sujet sont toutefois rares, ce qui signifie que l’efficacité de la plupart des méthodes complémentaires n’est pas scientifiquement démontrée.

Mettre de l’ordre dans la confusion

Cette situation n’empêche pas certains partisans de ces méthodes de faire des promesses de guérison non fondées. En tant que président de longue date du Groupe suisse d’étude des méthodes parallèles et complémentaires en cas de cancer (Schweizerische Studiengruppe für komplementäre und alternative Methoden bei Krebs SKAK), Walter Felix Jungi a beaucoup aidé la Ligue contre le cancer à offrir une orientation dans cette situation confuse. Ainsi, le SKAK a notamment procédé à une évaluation des études publiées sur l’efficacité et la tolérance de certains « remèdes miracles » comme le Galavit. Sur la base de ses constatations, il a conseillé la prudence. Walter Felix Jungi est resté un interlocuteur compétent de la Ligue contre le cancer pour toutes les questions entourant les médecines complémentaires et alternatives au-delà de sa retraite. En remerciement, le Prix de la Ligue suisse contre le cancer lui est décerné cette année.