krebsliga_aargaukrebsliga_baselkrebsliga_bernkrebsliga_bern_dekrebsliga_bern_frkrebsliga_freiburgkrebsliga_freiburg_dekrebsliga_freiburg_frkrebsliga_genfkrebsliga_glaruskrebsliga_graubuendenkrebsliga_jurakrebsliga_liechtensteinkrebsliga_neuenburgkrebsliga_ostschweizkrebsliga_schaffhausenkrebsliga_schweiz_dekrebsliga_schweiz_fr_einzeiligkrebsliga_schweiz_frkrebsliga_schweiz_itkrebsliga_solothurnkrebsliga_stgallen_appenzellkrebsliga_tessinkrebsliga_thurgaukrebsliga_waadtkrebsliga_walliskrebsliga_wallis_dekrebsliga_wallis_frkrebsliga_zentralschweizkrebsliga_zuerichkrebsliga_zug
Ligue contre le cancerLa rechercheRécompensesPrix de la Ligue suisseRécompenses

Prix de la Ligue suisse

Le Prix de la Ligue suisse contre le cancer rend hommage aux personnalités qui se sont distinguées par des travaux de recherche exceptionnels ou qui se sont illustrées dans l’encouragement d’activités scientifiques dans le domaine de la prévention, du dépistage ou de la lutte contre le cancer. Cette distinction constitue également une reconnaissance du travail méritoire accompli pour la Ligue suisse contre le cancer et la poursuite de ses objectifs. Ce prix est doté d’un montant de 10 000 francs; il est en règle générale décerné chaque année.

Friedrich Stiefel remporte le Prix de la Ligue suisse contre le cancer

Le Prix de la Ligue suisse contre le cancer, doté de 10 000 francs, est attribué au Prof. Dr med. Friedrich Stiefel, chef du Service de psychiatrie de liaison du CHUV à Lausanne – en hommage à sa précieuse contribution en tant qu’initiateur et organisateur de cours visant à améliorer les compétences des oncologues en matière de communication. Friedrich Stiefel a également œuvré pour la Ligue suisse contre le cancer : de 2004 à 2007 comme vice-président et de 2007 à 2016 comme membre de la Commission scientifique.

Les effets positifs d’une bonne communication

La communication occupe une place centrale dans le suivi des personnes atteintes d’un cancer. En dépendent la prise régulière de médicaments et l’inclination des patients à suivre les conseils de l’équipe médicale. Une bonne communication réduit aussi le stress et améliore la satisfaction au travail des médecins et du personnel infirmier. Pour permettre et promouvoir de tels effets positifs, la Ligue suisse contre le cancer a chargé un groupe de travail – auquel Friedrich Stiefel participait avec d’autres experts – d’élaborer des cours de communication.

Dans un premier temps, la formation consiste en un module de deux jours durant lequel les participants discutent de cas difficiles et mènent une réflexion sur leur propre comportement en situation d’interaction, à partir de séquences vidéo mettant en scène des entretiens avec des patients fictifs. S’ajoutent ensuite, dans les six mois qui suivent, quatre à six séances de suivi individuel (supervisions) ainsi qu’une séance finale d’entraînement. Le cours a été mis en place en 2000. Après une évaluation positive, l’association professionnelle a décidé en 2005 d’inclure le cours de manière obligatoire dans la formation des futurs oncologues. Entre-temps, plus de 600 personnes ont suivi la formation. Résultat: aujourd’hui, la qualité des entretiens menés avec les patients est globalement meilleure qu’il y a vingt ans.

Friedrich Stiefel a largement contribué à cette belle réussite. Il n’a pas seulement participé à la planification et à l’organisation du cours; par l’intermédiaire de conférences de consensus, il a aussi œuvré pour l’échange d’expériences et d’informations à l’échelle internationale, ce qui a permis d’ancrer largement les cours dans la pratique médicale, de les développer et de les optimiser en permanence. Friedrich Stiefel et son équipe ont également analysé scientifiquement les résultats concrets de la formation – et traité pour la première fois des mécanismes de défense propres aux médecins.