krebsliga_aargaukrebsliga_baselkrebsliga_bernkrebsliga_bern_dekrebsliga_bern_frkrebsliga_freiburgkrebsliga_freiburg_dekrebsliga_freiburg_frkrebsliga_genfkrebsliga_glaruskrebsliga_graubuendenkrebsliga_jurakrebsliga_liechtensteinkrebsliga_neuenburgkrebsliga_ostschweizkrebsliga_schaffhausenkrebsliga_schweiz_dekrebsliga_schweiz_fr_einzeiligkrebsliga_schweiz_frkrebsliga_schweiz_itkrebsliga_solothurnkrebsliga_stgallen_appenzellkrebsliga_tessinkrebsliga_thurgaukrebsliga_waadtkrebsliga_walliskrebsliga_wallis_dekrebsliga_wallis_frkrebsliga_zentralschweizkrebsliga_zuerichkrebsliga_zug
Ligue contre le cancerLa recherchePropres étudesLa recherche

Propres études

La Ligue suisse contre le cancer et son organisation partenaire, la fondation Recherche suisse contre le cancer, soutiennent des projets de recherche dont le thème et l’approche sont définis librement par les scientifiques. Il peut cependant arriver que la Ligue suisse contre le cancer demande à ce qu’une problématique donnée soit traitée et que des recherches ciblées soient menées si elle met le doigt sur un important manque de connaissances dans un domaine.

Ainsi, la Ligue suisse contre le cancer, en collaboration avec l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), a mandaté l’étude CANUPIS (« Childhood Cancer and Nuclear Power Plants in Switzerland ») à l’automne 2008. Menée par l’Institut de médecine sociale et préventive (ISPM) de l’Université de Berne en collaboration avec le Registre suisse du cancer de l’enfant (RSCE) et le Groupe d’oncologie pédiatrique suisse (GOPS), l’étude a révélé que les enfants vivant à proximité de centrales nucléaires ne présentaient pas un risque accru de développer un cancer.

À l’été 2012, la Ligue suisse contre le cancer a mandaté une étude sur les droits d’accès. Baptisée « off-label use », cette étude réalisée par le bureau de recherche et de conseil Infras a montré que les traitements médicamenteux prescrits pour une utilisation autre que l’indication régulière sont largement répandus et que les coûts y afférents ne sont pas remboursés de façon uniforme. Dans son rapport final, Infras propose plusieurs pistes de solutions, à l’image de l’uniformisation de la procédure d’évaluation du bénéfice thérapeutique ou de la réglementation plus stricte du financement du remboursement.