krebsliga_aargaukrebsliga_baselkrebsliga_bernkrebsliga_bern_dekrebsliga_bern_frkrebsliga_freiburgkrebsliga_freiburg_dekrebsliga_freiburg_frkrebsliga_genfkrebsliga_glaruskrebsliga_graubuendenkrebsliga_jurakrebsliga_liechtensteinkrebsliga_neuenburgkrebsliga_ostschweizkrebsliga_schaffhausenkrebsliga_schweiz_dekrebsliga_schweiz_fr_einzeiligkrebsliga_schweiz_frkrebsliga_schweiz_itkrebsliga_solothurnkrebsliga_stgallen_appenzellkrebsliga_tessinkrebsliga_thurgaukrebsliga_waadtkrebsliga_walliskrebsliga_wallis_dekrebsliga_wallis_frkrebsliga_zentralschweizkrebsliga_zuerichkrebsliga_zug
Ligue contre le cancerA propos du cancerTémoignages personnelsUrs FaesTémoignages personnels

Urs Faes

Il a noté ce qu’il a vu

Urs Faes

En tant qu’écrivain, Urs Faes s’est penché de près sur le cancer. Une clinique lui avait demandé d’observer son service d’oncologie. Pendant une année et demie, il a assisté aux examens et à l’annonce du diagnostic, aux radiothérapies et aux traitements, aux colloques et aux entretiens thérapeutiques. Il a noté ce qu’il a vu et, à la demande de la direction de la clinique, il a lu son compte-rendu au personnel. Cela a entraîné des discussions et des améliorations au profit des patients.

Hanté par ce qu’il avait vu, Urs Faes a utilisé ses notes comme matière première pour un roman sur le cancer. Dans Paarbildung, un psychologue rencontre une patiente atteinte d’un cancer du sein avec laquelle il a entretenu une relation amoureuse par le passé. La critique a loué la façon dont l’auteur a su trouver l’équilibre entre la description factuelle de la maladie et la légèreté de la narration, qui permet de lire le livre comme une belle histoire d’amour malgré le cancer qui détruit tout. Le roman a été un succès ; Urs Faes a été nominé pour le Prix suisse du livre.

Trois ans plus tard, à l’âge de 65 ans, il apprenait qu’il avait un cancer de la prostate.

Comment a-t-il vécu le diagnostic ? « Comme quelque chose de beaucoup plus grave et menaçant que ce que j’avais décrit. », dit-il. « Tout à coup, j’ai ressenti au plus profond de moi ce que je n’avais fait que dépeindre : l’incertitude, la menace, la fragilité. »