krebsliga_aargaukrebsliga_baselkrebsliga_bernkrebsliga_bern_dekrebsliga_bern_frkrebsliga_freiburgkrebsliga_freiburg_dekrebsliga_freiburg_frkrebsliga_genfkrebsliga_glaruskrebsliga_graubuendenkrebsliga_jurakrebsliga_liechtensteinkrebsliga_neuenburgkrebsliga_ostschweizkrebsliga_schaffhausenkrebsliga_schweiz_dekrebsliga_schweiz_fr_einzeiligkrebsliga_schweiz_frkrebsliga_schweiz_itkrebsliga_solothurnkrebsliga_stgallen_appenzellkrebsliga_tessinkrebsliga_thurgaukrebsliga_waadtkrebsliga_walliskrebsliga_wallis_dekrebsliga_wallis_frkrebsliga_zentralschweizkrebsliga_zuerichkrebsliga_zug
Ligue contre le cancerA propos du cancerTémoignages personnelsLauriane Sallin, Miss Suisse 2015Témoignages personnels

Lauriane Sallin, Miss Suisse 2015

« Cela fait du bien d’être là pour l’autre. »

Lauriane Sallin

« Le cancer est un mal sournois. On ne le voit pas au premier coup d’œil », déclare Lauriane Sallin, Miss Suisse 2015. Et elle sait de quoi elle parle. À 14 ans, sa sœur apprend qu’elle est atteinte d’une tumeur au cerveau : « Malgré la maladie, Gaëlle n’a pas changé, ni physiquement ni dans sa façon d’être. Elle est restée optimiste et a continué à faire des projets d’avenir. Mais les cellules cancéreuses proliféraient en silence. » 

Gaëlle a subi plusieurs opérations. Des épreuves difficiles pour les cinq membres de la famille Sallin, installée dans le canton de Fribourg. Et ce, malgré la solide et salutaire cohésion familiale. Avec le recul, Lauriane Sallin dit aujourd’hui avoir beaucoup appris de la maladie de sa sœur. « Cela fait du bien d’être là pour l’autre. Et de savoir que d’autres sont aussi là pour toi. » Tout au long de cette douloureuse période, la famille Sallin a pu en effet compter sur le soutien de la Ligue contre le cancer. 

À cette époque, Lauriane, âgée de 12 ans, était en quête d’explications. Elle voulait comprendre la maladie de sa sœur. Mais Gaëlle n’en parlait quasiment pas. Elle préférait l’occulter pour préserver sa joie de vivre. C’est donc principalement de sa maman que Lauriane obtenait des réponses à ses questions. La maladie l’a poussée à endosser un nouveau rôle. C’était à elle, la cadette, de regonfler le moral des troupes. La hiérarchie familiale et les règles du jeu étaient chamboulées. Une période qui marquera à jamais la future vie d’adulte de Lauriane et la fera mûrir. Lorsqu’elle s’inscrit au concours Miss Suisse des années plus tard, c’est aussi dans l’idée de parler de sa sœur et de faire passer un message à l’intention des personnes touchées par le cancer et leur famille. À l’image de la Ligue contre le cancer avec sa démarche de soutien et d’accompagnement. 

Pendant plus de sept ans, Lauriane a passé beaucoup de temps avec sa sœur entre deux séjours à l’hôpital. Trois semaines avant sa mort, Gaëlle échafaudait encore des projets. « Avec ma famille, nous étions prêts à tout pour tenter l’impossible », explique Lauriane. Mais la maladie a eu le dernier mot. Lauriane : « Je me sens encore aujourd’hui très proche de Gaëlle. Les frères et sœurs sont unis par un lien particulier qui rend, d’une certaine façon, leur destin indissociable. »