krebsliga_aargaukrebsliga_baselkrebsliga_bernkrebsliga_bern_dekrebsliga_bern_frkrebsliga_freiburgkrebsliga_freiburg_dekrebsliga_freiburg_frkrebsliga_genfkrebsliga_glaruskrebsliga_graubuendenkrebsliga_jurakrebsliga_liechtensteinkrebsliga_neuenburgkrebsliga_ostschweizkrebsliga_schaffhausenkrebsliga_schweiz_dekrebsliga_schweiz_fr_einzeiligkrebsliga_schweiz_frkrebsliga_schweiz_itkrebsliga_solothurnkrebsliga_stgallen_appenzellkrebsliga_tessinkrebsliga_thurgaukrebsliga_waadtkrebsliga_walliskrebsliga_wallis_dekrebsliga_wallis_frkrebsliga_zentralschweizkrebsliga_zuerichkrebsliga_zug
Ligue contre le cancerA propos du cancerTémoignages personnelsBeatriceTémoignages personnels

Beatrice

« La Ligue contre le cancer m’a aidée à découvrir les ressources que j’avais en moi. »

Beatrice

Quand le cancer s’invite dans une famille de huit personnes, tout le quotidien se trouve bouleversé. Pour s’occuper de sa cadette, atteinte d’un cancer des os à six ans, Beatrice, 45 ans, doit renoncer à son travail de fleuriste à temps partiel. Plus de salaire d’appoint, mais des frais supplémentaires : trajets jusqu’à l’hôpital, parking hors de prix, nuitées, autant d’éléments qui pèsent lourd sur le budget du ménage. Et quand Beatrice rentre de l’hôpital épuisée, sans savoir si la chimiothérapie va fonctionner chez Carina, elle n’a plus la force de répondre aux demandes des cinq autres enfants ni de s’attaquer à la montagne de lessive.

« Qu’est-ce qui pourrait vous faire du bien? », lui demande Rebekka Toniolo, la directrice de la Ligue zougoise, à laquelle Beatrice s’est adressée dans sa détresse. Lors des nombreuses discussions qui s’ensuivent, Beatrice a le sentiment d’être comprise. La Ligue lui apporte un soutien personnalisé en toute simplicité. Elle prend en charge le parking et les nuitées. Une aide-ménagère vient en renfort pendant les périodes particulièrement difficiles et la garde de la fillette malade et des autres enfants est organisée de manière à mieux répartir les responsabilités.

Régulièrement, Rebekka Toniolo pose cette question toute simple : « Qu’est-ce qui pourrait vous faire du bien, vous aider ? » Quatre ans durant, Beatrice peut s’appuyer sur ce soutien, un soutien indispensable même au terme du traitement contre le cancer, car à présent, Carina souffre d’insuffisance cardiaque, un problème qui touche un enfant sur mille après une chimiothérapie. La fillette aura besoin d’une greffe cardiaque. Mais en attendant un donneur, il lui faut un cœur artificiel. Une technique médicale spectaculaire qui bouleverse une fois de plus le quotidien familial. « J’ai eu de la chance d’avoir la Ligue contre le cancer », déclare Beatrice. « Elle m’a aidée à découvrir les ressources que j‘avais en moi. »