krebsliga_aargaukrebsliga_baselkrebsliga_bernkrebsliga_bern_dekrebsliga_bern_frkrebsliga_freiburgkrebsliga_freiburg_dekrebsliga_freiburg_frkrebsliga_genfkrebsliga_glaruskrebsliga_graubuendenkrebsliga_jurakrebsliga_liechtensteinkrebsliga_neuenburgkrebsliga_ostschweizkrebsliga_schaffhausenkrebsliga_schweiz_dekrebsliga_schweiz_fr_einzeiligkrebsliga_schweiz_frkrebsliga_schweiz_itkrebsliga_solothurnkrebsliga_stgallen_appenzellkrebsliga_tessinkrebsliga_thurgaukrebsliga_waadtkrebsliga_walliskrebsliga_wallis_dekrebsliga_wallis_frkrebsliga_zentralschweizkrebsliga_zuerichkrebsliga_zug
Ligue contre le cancerA propos du cancerLes différents types de cancerLes différents types de cancer

Le cancer du rein

Chaque année en Suisse, on dénombre près de 900 nouveaux cas de cancer du rein (carcinome des cellules rénales), ce qui représente environ 2 % de toutes les maladies cancéreuses. Les hommes sont davantage touchés que les femmes (deux tiers contre un tiers). Le cancer du rein apparaît généralement à un âge avancé : 44 % des patients ont entre 50 et 69 ans au moment du diagnostic, 45 % ont 70 ans et plus.

Reins et organes voisins
1. rein droit 2. artère rénale (doit) 3. veine rénale (droite) 4. veine cave 5. aorte (aorte abdominale) 6. rein gauche 7. artèrie rénale (gauche) 8. veine rénale (gauche) 9. urètre

Les deux reins sont situés de part et d’autre de la colonne vertébrale dans l’abdomen. Ils filtrent le sang et éliminent les « déchets » de l’organisme avec l’urine. Dans la quasi-totalité des cas, le cancer du rein ne touche qu’un seul des deux reins.

Facteurs de risque

On ne connaît pas les causes exactes du cancer du rein. On sait toutefois que les personnes qui fument et celles qui accusent une forte surcharge pondérale ont un risque accru de développer la maladie.

Autres facteurs de risque :

  • une alimentation riche en graisses et pauvre en fibres ;
  • une absorption insuffisante de liquide ;
  • une exposition répétée aux rayons X pendant de nombreuses années ;
  • une exposition à certains produits chimiques industriels ;
  • une consommation élevée d’alcool ou d’antidouleurs ;
  • de l’hypertension ;
  • une altération chronique de la fonction rénale (insuffisance rénale) ;
  • une prédisposition familiale ;
  • la présence, dans un rein ou les deux, de petits kystes pouvant dégénérer en cancer (maladie polykystique du rein, ou polykystose rénale).

Symptômes

Au stade précoce, le cancer du rein ne provoque pratiquement aucun symptôme, de sorte qu’il est souvent découvert fortuitement, par exemple à l’occasion d’une échographie des organes abdominaux. La présence de sang dans l’urine peut être un premier signe d’une maladie rénale. Il est par conséquent indispensable de consulter un médecin pour en rechercher l’origine.

Diagnostic

Pour poser le diagnostic, le médecin a recours à des techniques d’imagerie médicale afin de bien visualiser les reins : échographie, scanner ou radiographie des vaisseaux sanguins. Ces examens sont complétés par des analyses de sang et d’urine ; dans certains cas, on procède à une biopsie (prélèvement de tissus).

 

Traitement

Lorsque le cancer est circonscrit au rein, la chirurgie constitue le traitement de choix. Dans la mesure du possible, on enlève uniquement la partie malade du rein et pas le rein en entier. Aux stades avancés, des traitements médicamenteux sont également mis en place.

 

 

Le cancer du rein chez l’enfant

Lorsqu’un enfant développe un cancer du rein, il s’agit généralement d’une forme particulière de la maladie, appelée néphroblastome. Les enfants concernés ont le plus souvent entre trois et quatre ans. Les chances de guérison dépassent 90 %.