Home
Autres langues | Médias | DE | IT |Contact chercher

Mésothéliome malin

Chaque année en Suisse, environ 180 personnes développent un mésothéliome malin de la plèvre (mésothéliome pleural). Dans de rares cas, un mésothéliome peut également se développer dans la cavité abdominale (péritoine). 86 % des personnes concernées sont des hommes et 14 % des femmes. 41 % des patients sont âgés de 50 à 69 ans au moment du diagnostic, les autres ont 70 ans et plus. Le mésothéliome malin est très rare chez les personnes de moins de 50 ans.
Poumons et organes voisins
La plèvre constituée de deux feuillets recouvre les poumons
© KLS
La plèvre est une membrane constituée de deux feuillets recouvrant les poumons (feuilet intérieur) et l’intérieur de la cavité thoracique (feuillet extérieur). Lorsque la maladie survient, l’espace entre ces deux feuillets (cavité pleurale) peut se remplir de liquide et entraîner des difficultés respiratoires.
L’amiante comme cause principale
On pense qu’environ la moitié de tous les mésothéliomes malins sont causés par l’inhalation d’amiante. La maladie peut se développer des dizaines d’années encore après l’exposition à l’amiante. Si l’on soupçonne la poussière d’amiante d’être à l’origine d’un cancer, il faut le signaler à l’assurance-accident de l’employeur du patient (de l’époque de l’exposition), et ceci même si la personne malade a déjà atteint l’âge de la retraite.
Diagnostic
Un mésothéliome pleural peut envahir toute la plèvre et s’étendre à des organes proches comme le poumon ou le diaphragme, entraînant difficultés respiratoires, toux et douleurs dans la cage thoracique. Pour poser un diagnostic, la cage thoracique est explorée aux rayons X (par exemple par tomographie informatisée). Un prélèvement de tissu ou de liquide provenant de la cavité pleurale est par ailleurs effectué.
Traitement
Le type de traitement mis en place dépend du stade de la maladie. En général, le traitement d’un mésothéliome pleural comprend une intervention chirurgicale, une radiothérapie, une chimiothérapie ou une combinaison de ces méthodes. Lorsqu’il est décelé à un stade avancé, un mésothéliome pleural ne peut pas être guéri.
Métastases pleurales
Les métastases pleurales sont beaucoup plus fréquentes que le mésothéliome pleural proprement dit. Il s’agit de foyers secondaires de tumeurs localisées dans d’autres organes - notamment le poumon, le sein ou l’estomac - qui se sont disséminées dans la plèvre.