Home
Autres langues | Médias | DE | IT |Contact chercher

Cancer de l’œsophage

Chaque année en Suisse, près de 550 personnes développent un cancer de l’œsophage (carcinome œsophagien), ce qui correspond à 1,5 % de toutes les maladies cancéreuses. Trois quarts des personnes touchées sont des hommes. Le cancer de l’œsophage survient généralement à un âge avancé: 50 % des patients sont âgés de 50 à 69 ans au moment du diagnostic, 46 % ont 70 ans et plus.
L’œsophage s'achève dans l'estomac
L’œsophage s'achève dans l'estomac
© KLS
Le cancer de l’œsophage se traduit généralement par des troubles de la déglutition. Au début, des difficultés sont ressenties à la déglutition d’aliments solides, puis avec le temps, les liquides sont également plus difficiles à avaler. Douleurs spasmodiques à la déglutition, éructations, aigreurs ou enrouement sont d’autres symptômes.
Gastroscopie et échographie
Deux examens notamment sont importants pour poser un diagnostic. L’exploration de l’œsophage et de l’estomac à l’aide d’un endoscope permet de prélever des échantillons de tissus. L’examen échographique de l’intérieur de l’œsophage permet quant à lui de savoir dans quelle mesure le cancer a atteint le tissu qui l’entoure.
Ablation de l’œsophage
Le principal traitement du cancer de l’œsophage est l’opération. Celle-ci consiste la plupart du temps à enlever la plus grande partie de l’œsophage et à la remplacer par un segment de côlon ou étirer le haut de l’estomac. Parfois, une chimiothérapie ou une radiothérapie mise en place avant l’intervention peut fortement réduire la taille de la tumeur, de manière à augmenter nettement les chances de succès de l’opération. Si cette dernière n’est pas ou plus possible, les patients peuvent également être traités exclusivement par chimiothérapie ou radiothérapie.
Risque accru en cas d’aigreurs
Plusieurs facteurs augmentent le risque de cancer de l’œsophage, par exemple le tabagisme, une forte consommation d’alcool et la dégustation fréquente de plats très chauds.

Les personnes qui souffrent pendant des années d’éructations acides et d’aigreurs (maladie de reflux) présentent un risque accru de cancer de l’œsophage. De tels troubles doivent par conséquent être signalés précocement à un médecin et être traités.


A feuilleter :


A télécharger :
Le cancer de l'œsophage Un guide pour les personnes concernées et leurs proches
40 pages, 2011
Brochure
pdf, 1.09 MB

up